Une folie : les mariés du divorce

Un monde fou est le titre original de cette pièce de Sacha Guitry datant de 1938, rebaptisée en 1951 Une folie après une recréation pour le Théâtre des Variétés. Francis Huster s’en empare avec délice pour une mise en scène sobre et fluide qu’il présente depuis le 2 juin 2016 au Théâtre Rive Gauche. L’occasion idéale de redécouvrir ce chef-d’œuvre pétillant sur un sujet délicat pour l’époque : le divorce.

UNE FOLIE (Théâtre Rive Gauche-Paris14ème) crédit F. RAPPENEAU - 08 - HD - tous droits cédés (2).jpg

Célèbre psychiatre, le docteur Flashe s’apprête à quitter Paris pour une retraite bien méritée dans le midi. Mais c’était sans compter sur l’irruption dans son cabinet de Jean-Louis Coussinet puis de sa femme Missia. Chacun se plaint de son conjoint et supplie le docteur de l’examiner afin de diagnostiquer une folie. Et voici tous les protagonistes embarqués dans une folle histoire où nul ne sortira indemne malgré la normalité de leur quotidien.

A cour, un fauteuil de réalisateur au nom de Sacha Guitry trône fièrement sur le plateau. Ce clin d’œil scénographique s’insère parfaitement dans cette petite pièce où le docteur Flashe étudie les plans de sa future demeure dans le sud. Dans son cabinet, il se prépare à tout quitter, y compris son infirmière et ses petites manies. Mais le couple Jean-Louis/Missia vacille et le psychiatre va se retrouver pris dans une psycho-folie qui le dépasse. Olivier Lejeune est époustouflant dans ce rôle démentiel et éclipse même ses camarades à chacune de ses impeccables interventions.  Pour sa troisième pièce de théâtre, Lola Dewaere campe avec justesse la « tornade slave » tandis que Manuel Gélin semble un peu fade à ses côtés en mari chancelant. La lumineuse Alice Carel incarne Valentine, l’infirmière amoureuse du docteur tandis que Mathilde Hennekinne (qui joue en alternance avec Marianne Giraud) est une tapissière avec une belle âme d’enfant teintée d’une douce naïveté.

La mise en scène dynamique de Francis Huster, à la fois sobre et épurée se montre particulièrement efficace. Tout y est fluide et l’ensemble ne souffre d’aucune longueur. Dirigeant parfaitement ses acteurs, il ne laisse rien au hasard. Dans cette folle aventure, « on se ment bien plus à soi-même qu’aux autres ». Pour s’en sortir, le couple central devra se marier pour faire un pas de géant vers le divorce, solution idéale et durable afin de retrouver leur liberté. Notons la superbe tirade finale du docteur Flashe qui transcrit la parole de son cœur à l’unisson et permet de faire entendre la pensée visionnaire de Sacha Guitry sur le sujet. De nos jours, parler du divorce n’est plus tabou mais ça l’était dans les années 30. Son audace se montre payante dans une pièce délicieuse où le bonheur et la folie s’unissent dans le sacrement du divorce.

Une folie est une pièce enivrante qui souligne avec brio tout le génie et la réflexion intelligible, résolument moderne de Sacha Guitry. Le texte, acéré et percutant, brise le tabou du divorce, alors source de scandale, grâce à des répliques savoureuses qui allient humour et justesse, défendues avec justesse par une distribution de qualité bien que cela manque parfois légèrement d’engagement et de naturel. Cependant, nous passons un moment très agréable dans cette histoire où l’amour est le moteur de toute une vie, conditionné pour ne pas durer éternellement mais pour nous faire avancer sur le chemin de l’existence.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s