Scènes de violences conjugales : souffrances physiques et morales

Après un bref passage au théâtre Le Colombier de Bagnolet, la pièce Scènes de violences conjugales de Gérard Watkins a été donné en clôture de la Mousson d’été 2016 par le Perdita Ensemble avant de s’installer à la Tempête à partir du 11 novembre prochain. C’est un véritable choc qui nous attendait ce soir-là avec … Lire la suite Scènes de violences conjugales : souffrances physiques et morales

Jeune homme sous la lampe : Yves Saint-Laurent se raconte

2 juin 2008 : mort d’Yves Saint-Laurent. Août 2016 : Michel Didym, Frédéric Vossier et Stanislas Nordey montent un projet avec le TNS autour de cette figure emblématique. Avec une musique signée Philippe Thibault, nous prenons place pour un voyage poétique au cœur d’un monologue imaginaire qui nous plonge dans l’inconscient d’un acte d’amour ou d’une histoire … Lire la suite Jeune homme sous la lampe : Yves Saint-Laurent se raconte

Anesthésie : cette douleur que l’on presse

Agnieska Hernández Díaz est une auteure cubaine qui tend à s’imposer de plus en plus. Enseignante à l’Institut Supérieur d’Art de La Havane, elle a présenté son texte Anesthésie à la Mousson d’été 2016 avec un style impertinent et corrosif qui fait état de la société cubaine actuelle en plaçant l’intrigue au cœur d’un bordel, … Lire la suite Anesthésie : cette douleur que l’on presse

Le ciel est par terre : des vies ratées

La pièce Les Présomptions de l’auteur français Guillaume Poix avait été sélectionnée à la Mousson d’hiver 2013. Il revient cet été avec Et le ciel est par terre, une lecture qu’il dirige lui-même, au pupitre, rendant aux mots la place primordiale qu’ils occupent à la Mousson et faisant entendre, sans artifice, sa pièce où s’aimer … Lire la suite Le ciel est par terre : des vies ratées

Notre classe : victimes et bourreaux

Lors de la Mousson d’été 2016, les lectures se suivent mais ne se ressemblent pas. Notre Classe, de l’auteur polonais Tadeusz Slobodzianek fait partie des pépites que l’on trouve au détour d’une errance. Ce spectacle, présenté par des amateurs du bassin mussipontain, s’impose comme l’un de nos coups de cœur. Ayant nécessité trois semaines de … Lire la suite Notre classe : victimes et bourreaux