Le Misanthrope de Molière

Molière   dans ses nombreuses pièces satiriques a voulu traduire les travers et les vices des hommes dans la société du 17ème siècle et la difficulté de pouvoir vivre autrement.

   Dans le Misanthrope, il parle d’un homme intègre, authentique qui rejette tout compromis et s’affronte à une société superficielle faite de faux semblants hypocrites, en besoin perpétuel de reconnaissances et incapable de donner un sens à sa vie.

Histoire :

   Alceste, un homme intègre et sincère est éperdument amoureux de la frivole Célimène à qui il reproche ses attitudes de compromissions et de jeux de séduction en société auprès d’Oronte (écrivain littéraire) et des deux petits marquis Acaste et Clitandre. Alceste agresse Oronte qui va porter plainte contre lui. Il n’écoute pas son meilleur ami Philinte qui dans sa sagesse lui conseille de tempérer ses exigences de vérité pour trouver un équilibre lui permettant de vivre en société. Bien que désespéré et perdu devant les attitudes frivoles de Célimène, il refuse les avances d’Eliante et d’Arsinoé qui lui promet de lui apporter les preuves de l’infidélité de Célimène.

   Alceste est obligé de se retirer car il perd le procès que lui a fait Oronte ainsi qu’un ancien procès. Dégouté par la justice il retourne auprès de sa bien-aimée et malgré les infidélités de Célimène il lui donne une chance si elle accepte de partir avec lui dans sa retraite où seul l’amour vrai peut s’épanouir ….

La mise en scène :

   L’histoire se passe dans un grand salon à notre époque où l’on danse frénétiquement sur des musiques contemporaines et où l’on boit avec plaisir dans un badinage constant. Alceste ne participe à aucun moment à cette ambiance de fête allant jusqu’à s’asseoir seul dans un coin

   Les costumes   magnifiques et parfois excentriques sont réalisés avec des tissus de satin, de velours, de brocart scintillant pour souligner l’origine de la haute société des personnages et leur besoin d’être remarqués. Seul Alceste est en costume contemporain classique pour marquer sa différence et son refus d’accepter cette société superficielle.

    La présence de portables portés souvent en sac et l’utilisation d’un écran sont le reflet de la difficulté de communication dans notre société superficielle et matérialiste où le paraître et l’image de soi l’emporte souvent sur le fond et le sens de la vie. Cette perpétuelle représentation s’illustre parfaitement dans les réseaux sociaux.

Thomas Le Douarec : mise en scène et adaptation de la pièce, assisté par Caroline Devisme

    Metteur en scène prolixe. Il a plus d’une cinquantaine de pièces à son actif sur des thèmes éclectiques. Il est aussi à l’aise dans les tragédies que les comédies.

     Dans les tragédies, retenons en priorité ses grands succès, son adaptation du Cid de Corneille à la mode flamenca et Le Portrait de Dorian Grey avec 1500 représentations mais aussi Andromaque de Racine créée au Chêne Noir en Avignon.

     Dans les comédies, n’oublions pas sa version du Dindon de Feydeau joué plus de 1000 fois mais aussi les Monty Python’s Flying Circus n°1, n°2 et le best off Trois spectacles joués dans différents théâtres dont Le Chêne Noir.

      Il s’est même essayé avec succès aux spectacles visuels et musicaux : récemment « Le jour où je suis devenue chanteuse black » coécrit avec Caroline Devisme, comédienne avec laquelle il joue dans la pièce « Ce qui reste de l’Amour» au Festival off 2022.Il a mis en scène pour le Festival 2022 « Very Math Trip »un spectacle sur les mathématiques au théâtre du Palace.

    Pourquoi a t-il choisi d’adapter et de mettre en scène le Misanthrope de Molière ?

  « J’ai eu la chance de jouer Alceste en tant que jeune comédien. Il y a des chefs d’œuvre et des grands rôles : à chaque lecture et avec l’âge notre vision et notre interprétation évoluent. Le texte peut encore nous surprendre 30 ans après Malgré ma passion pour cette pièce, le déclencheur de cette nouvelle aventure est mon ami Jean Charles Chagachbanian. C’est un acteur que j’aime beaucoup…. Sa passion pour Alceste m’a définitivement convaincu. Il me donne assez de force et de confiance pour m’attaquer à Molière !

   Ma mise en scène s’articulera entre deux pôles : notre monde contemporain et le monde baroque. Je souhaite faire raisonner les propos et les alexandrins dans notre monde quotidien. Les enjeux et les préoccupations nous intéressent s ! ils font échos à notre propre dérive contemporaine. » Paroles de Thomas le Douarec

Les comédiens par ordre d’entrée sur scène :

    Jean Charles CHAGACHBANIAN : Alceste

    Philippe MAYMAT : Philinte

    Thomas le DOUAREC : adaptateur, metteur en scène et rôle d’Oronte

    Jeanne PAJON : Célimène

    Justine VULTAGGIO : Eliante

    Rémi JOHNSEN : Acaste

    Valérian BEHAR-BONNET : Clitandre

    Caroline DEVISME : assistante à la mise en scène et rôle d’Arsinoé

Tous sont des comédiens professionnels, confirmés dans le théâtre voire le cinéma et la télévision. Leur expérience éclectique les a menés pour certains vers l’écriture et la mise en scène. En plus de sa formation de comédienne, Justine V a une formation de chanteuse lyrique. Caroline D est comédienne mais également chanteuse, danseuse et musicienne.

Conclusion :

   C’est un magnifique spectacle car il nous renvoie à l’essence même du théâtre collectif avec une troupe de 8 comédiens dont l’énergie et le brio nous transportent et nous réjouissent.

    Les comédiens dans leur phrasé en alexandrin incarnent avec justesse et force leur personnage notamment Alceste que l’on ressent en parfaite harmonie avec son rôle. Le comédien ne fait qu’un avec son personnage et il nous transmet sa passion pour Alceste.

      La mise en scène hyper moderne, les costumes somptueux et la présence importante d’une musique contemporaine nous montrent et nous font prendre conscience que le Misanthrope de Molière n’a pas pris une ride et 400 ans après est toujours à l’image du monde d’aujourd’hui.

De ce fait, on sort aussi de ce spectacle ébranlé par cette vision sans compromis de la vérité et de la sincérité dans notre société contemporaine.

La vérité pousse l’humain à sortir de lui-même, de sa « zone de confort » et à se poser des questions essentielles et existentielles : Se retirer de ce monde d’hypocrisie ? Trouver un sage équilibre pour pouvoir vivre avec les autres dans notre société ? Réfléchir sur l’art complexe du compromis pour arriver à vivre ensemble.

     La finale nous offre une belle surprise que je vous laisse découvrir.

                Un spectacle à voir en famille, avec des amis, en couple ou tout seul pour la beauté de sa mise en scène, la performance et l’énergie de ses comédiens mais aussi pour toutes les émotions et les questionnements qu’il vous amènera à ressentir.

Théâtre : Les Lucioles

                 10 rue des Remparts St Lazare en Avignon

Du 7 au 30 Juillet à 15h45 (relâche les mercredi 13,20 et 27 Juillet)


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s