La Parenthèse du Mimosa

   Il est 3 heures du matin au bar du Mimosa.

   Frank est seul. Il range. Il boit.

   Anne débarque, seule. Elle veut boire et elle dérange.

Affiche de la pièce

L’histoire :

      Un soir de pluie, une jeune fille rentre pour s’abriter. Et même si le bar est fermé, l’homme finit par accepter de lui offrir un verre. D’un côté, Anne une jeune fille à priori insouciante voire insolente et de l’autre Frank un homme cassé, alcoolique, vivant dans le passé et la mélancolie d’un amour perdu.

     Entre celle qu’on n’attend pas et celui qui n’attend plus rien, le « petit jeu du chat et de la souris » va faire des étincelles. Peu à peu les personnages vont se livrer, chacun cherchant à apprivoiser l’autre sans ménagement, avec violence mais aussi avec douceur jusqu’à la découverte de leur vérité relationnelle qui va complètement bouleverser leur vie.

La mise en scène :

       Gros plan sur deux personnages en clair obscur avec une note de sépia pour illustrer le passé (lumières de Vincent Lemoine). La présence de l’Afrique Noire est prégnante par le décor du café mais aussi par le passé de Frank.

        C’est un huit clos qui évolue dans la même unité de temps et d’espace. Les éléments du décor (le bar et la vitrine) sont déplacés pour créer des respirations dans la linéarité de l’histoire.

         L’appareil photo de Anne joue un rôle important.  Ses gros plan, ses prises de vues subjectives permettent de mieux aller chercher l’intime des personnages. Le son du déclenchement de l’appareil photo est récurent. Il est le lien qui relie ces personnages en donnant du rythme à leur histoire et en immortalisant sur la pellicule leur rencontre.

L’auteur : Grégoire AUBERT

       Depuis trente ans il se partage entre le jeu et l’écriture. Il a écrit plus de trente pièces régulièrement jouées et éditées sur des thèmes très éclectiques dont Tartuffe de Molière (en farce féministe ) « Descentes » un drame contemporain sur la prostitution, «  Le Ballon Blanc » autour des droits de l’enfant… etc

       « La Parenthèse du Mimosa » par la simplicité de son récit aux accents universels et aux personnages si cabossés et humains tient une place centrale dans son œuvre.

        S’il passe du rire aux larmes, l’essentiel est à ses yeux dans l’émotion.

 Le metteur en scène : David TEYSSEYRE

        Après une formation universitaire sur l’histoire de l’art et l’étude théâtrale à Paris, il rentre au conservatoire pour devenir comédien.

         Il joue dans de nombreuses pièces de Molière, Ionesco, Pirandello, Shakespeare, Voltaire… etc

         Rapidement, il se tourne vers la scénographie et la mise en scène. En 1995 il quitte Paris pour s’installer en Avignon où il fonde les théâtres le Cabestan et l’Alizée ainsi que sa propre compagnie. Il met en scène ses créations et collabore avec d’autres compagnies en tant que coach ou metteur en scène.

         Depuis 2020, il assure la direction artistique du nouveau groupe « Les Docks » qui réunit le Cabestan, le Grand Pavois et l’Optimiste.

Les Comédiens :

  Marie RONARC’H

          Formée pendant 3 ans à l’école d’Art Dramatique « Jean Périmony », Marie enchaîne les tournages en tant que comédienne. Son goût pour la danse et l’expression corporelle la pousse à suivre des stages de formation avec Claude Cotillard.

          Agée de 27 ans, à l’aube d’une création naissante, elle incarne avec passion le personnage de Anne « dite Nouchka » pour les intimes dans la « Parenthèse du Mimosa »

Jean David STEPLER

         Etudie le théâtre à l’école « Côté Cour » avec Jean Baptiste Berthon au début des années quatre vingt dix.

         Il s’est illustré sur scène et comme à l’écran avec le désir de privilégier la création contemporaine. Il est reconnu comme un excellent comédien à travers ses nombreuses interprétations sur scène ou au cinéma.

         Le rôle de Frank dit « l’Africain » pour tout le monde dans la « Parenthèse du Mimosa » n’attendait que Jean David pour donner pleine mesure à sa tendresse explosive.

Conclusion :

         Un texte poignant, dense et fort, aux mots justes doux ou violents interprété par deux comédiens stupéfiants de sincérité, l’un confirmé et l’autre novice dans un tandem où l’affection, le respect, l’admiration sont palpables. Une pièce du ressenti, du sentiment, de l’émotion et de l’attachement.

Au Théâtre de l’OPTIMISTE

50, Rue Guillaume Puy en Avignon

Du 7 au 30 Juillet 2022 à 13h45 ( relâche le mercredi )

Réservation : O4 90 31 82 89


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s