N° 5 de Chollet : le parfum d’une époque

C’est à la Salle Pleyel, à Paris, que Christelle Chollet a présenté durant trois jours son cinquième spectacle avant une tournée qui l’emmènera à travers la France entière, mais aussi en Belgique, au Luxembourg et en Suisse. Avec Viktor Vincent, illusionniste mentaliste bluffant en première partie avec son numéro sur le libre arbitre et l’influence de forces extérieures, l’humoriste aux prouesses vocales a enflammé Pleyel. Retour sur cette belle découverte artistique.

Christelle Chollet présente son N°5 de Chollet à la Salle Pleyel © D.R
Christelle Chollet présente son N°5 de Chollet à la Salle Pleyel © D.R

Le rideau s’ouvre sur un guetto-blaster, radiocassette des années 70-80, connu pour sa taille démesurée et la puissance de ses deux enceintes qui augmentent les basses. Porté sur l’épaule, il est imprimé dans tous nos esprits comme l’accessoire indispensable des jeunes dans les quartiers de Brooklyn ou les rues américaines. Symbole de la culture hip-hop, il laisse présager un show détonnant. Dans l’enceinte à jardin, un clavier et un homme rappelant Men in black. Côté cour, le bassiste sort légèrement de l’enceinte. La partie centrale s’abaisse et une silhouette blonde apparaît, de dos, en mode Beyoncé, dans une tenue jaune rayée de noir, version Léopard. Puis les notes d’ACDC résonnent salle Pleyel. Christelle Chollet va alors évoquer avec nous le temps qui passe et surtout le meilleur marqueur de temps : la musique ! « En cinq spectacles, j’ai connu quatre présidents : le petit, le grand, le gros et le jeune » dit-elle pour ceux qui comptent en mandats présidentiels. Mais déjà arrivent les années 70 et les chansons dites romantiques comme Un beau roman de Michel Fugain (« en gros, c’est l’histoire d’un mec du Nord qui s’est tapé une fille du Sud sur le bord de l’autoroute »). Le meilleur reste à venir avec un medley au top des années 80, toute une époque pour la plupart des gens venus applaudir Christelle Chollet à Pleyel.

L’humoriste artiste est là pour se donner entièrement à son public. Elle propose une sorte de thérapie de groupe où le public lui balance ses « chansons de merde » des années 80 qu’elle interprète avec grand plaisir, insistant sur certaines paroles qui résonnent ainsi différemment en nous. Nous rions sur les propositions des spectateurs comme Dieu m’a donné la foi d’Ophélie Winter, Besoin de rien, envie de toi de Peter et Sloane. « Larusso à Pleyel, ça sent la fin de carrière » confie-t-elle, d’humeur taquine mais la représentation continue avec les tics de langage comme « en fait » ou « j’dis ça j’dis rien », dont la plupart correspondent chacun à une époque différente. Envisage-t-on encore, en 2019, de dire que « c’est le pompon » ? Elle offre alors au public, conquis, une version très rock de Vesoul de Jacques Brel, comme un hommage à sa maman qui ne peut concevoir que sa fille fasse un cinquième opus sans cet artiste légendaire. Au-delà des paroles de chansons, Christelle Chollet aborde une foule de thématiques sociales comme l’égalité des sexes qui pour elle n’est « pas possible, déjà que pour vous les hommes, vos sexes ne sont pas égaux », elle qui n’est « pas douée pour jouer la féministe. Elle égratigne au passage la nouvelle génération « Orelsan : une victoire de la musique mais une défaite de l’orthographe car les meufs c’est des putes non mais les meufs sont des putes oui ». Elle surfe sur l’air du temps en touchant au divorce et à la drague facile avec la révolution Internet et donne en cadeau une interprétation émouvante de la chanson de Barbara Dis, quand reviendras-tu ?. Tout est devenu facile, c’est tendance, comme le sport facile et discret pour les femmes au bureau avec ce sketch savoureux de la blonde qui devrait plutôt penser à muscler son cerveau au lieu de ses mollets.

Pendant plus d’une heure et demie, nous prenons une dose importante de bonne humeur. Ce cinquième spectacle, qui permet à la rédaction de ThéâToile de découvrir une artiste rafraîchissante comme un verre de rosé entre amis à une terrasse en plein été, fait swinguer Paris et s’appuie sur un public très réceptif. Le passage sur la Barbie (« pas de bras, pas de ragnagna ») qui ne ressemble pas aux femmes d’aujourd’hui est immanquable. Pourquoi ne pas inventer la Barbie divorcée avec la maison de Ken, la voiture de Ken… ou encore, bien plus tendance, la Barbie gilet jaune avec son rond-point et son masque à gaz ? Sur les notes de Barbie Girl (nous avions presque oublié que nous avons dansé et chanté des heures sur ce tube !) ou la version hip-hop de Poupée de cire, poupée de son de France Gall, nous nous baladons à travers le temps en gardant à l’esprit que the Show must go on ! Et lorsque l’on sait qu’un sondage informe les français qu’ils passent environ soixante heures en attente téléphonique, on se demande encore pourquoi perdre notre temps à écouter Je marche seul de Jean-Jacques Goldmann pour joindre l’Elysée ou Prendre un enfant par la main d’Yves Duteil voire Dominique de Sœur Sourire en essayant d’appeler le Vatican !

Christelle Chollet et la senteur pétillante et fraîche de son N°5 de Chollet est un excellent remède contre la morosité hivernale alors surtout, ne la ratez pas en tournée, promis vous oublierez tous vos soucis et replongerez dans le temps grâce aux musiques marquantes de toute une époque : la nôtre !


La rédaction a assisté à la représentation du vendredi 18 janvier 2019


N° 5 de Chollet

Auteur : Rémi Caccia

Mise en scène : Rémi Caccia

Artiste : Christelle Chollet

Durée : 1h20

  • Du 17 au 19 janvier 2019

A 20h30

Lieu : Salle Pleyel, 252 rue du Faubourg Saint-Honoré, 75008 PARIS

  • 26 janvier 2019

Lieu : Espace René Fallet (Crosne)

  • 08 février 2019

Lieu : Salle des Fêtes (Nogent le Rotrou)

  • 09 février 2019

Lieu : Centre Culturel Jacques Prévert (Villeparisis)

  • 08 mars 2019

Lieu : Centre des Congrès (La Baule)

  • 30 mars 2019

Lieu : Lille

  • 04 avril 2019

Lieu : Toulouse

  • 25 avril 2019

Lieu : Laon

Réservation : www.christellechollet.com

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s