68, mon amour : faire circuler la parole

C’est à l’ABC Théâtre, petite salle parisienne nichée au détour d’une petite allée traversant une résidence et menant dans un immeuble du 19ème arrondissement de Paris, que Ludovic Salvador raconte les souvenirs de Roger Lombardot dans un texte qui décrit parfaitement les bouleversements provoqués par les événements de mai 68. Les mots de cette création 2018 font étrangement écho à une réalité politique terriblement actuelle. Et si au final rien n’avait changé ?

Affiche de 68 mon amour avec un visuel signé © Claudine Guittet
Affiche de 68 mon amour avec un visuel signé © Claudine Guittet

Mai 68. Une période que Roger Lombardot a bien connue. Pour la représenter, une chaise et des livres sur une petite table mais surtout un homme, Ludovic Salvador. Il entre en scène, prend l’ouvrage en haut de la pile et commence sa lecture. Il est là dans sa chemise bordeaux et ouvre l’album des souvenirs, ceux de sa douce mère qui l’avait porté sur son sein, « victime d’un système qui profitait à d’autres ». Ces mots sont ceux du témoignage de l’auteur et à aucun moment le spectateur ne décèle la moindre trace de pathos, à peine quelques gouttes de nostalgie venues rafraîchir un texte chaud comme le sable d’une plage envahie par les aoûtiens. Et d’ailleurs, ici aussi, « sous le pavé la plage ».

Avant 68, il régnait une sorte de soumission à un ordre aveugle au regard des différents conflits. Ensuite, il y a eu la volonté inéluctable de faire circuler la parole : « pour la première fois, on usait de cette capacité qu’est le langage » avec « une parole au service d’une pensée ». C’est alors une véritable révolution dans le champ du langage comme dans les rues. On parle de l’ouverture d’un horizon, d’un monde des possibles, construit par des valeurs inébranlables issues d’un héritage de siècles d’oppression. A vingt ans, nous sommes des êtres neufs, pas encore abîmés par la résiliation. C’est cette nouvelle génération qui se lève parce qu’elle veut juste vivre. Étrangement, cela résonne en nous, en cette période de trouble et de colère que traverse notre pays.

Il y a quelque chose de fort, de puissant et d’abyssal dans le regard de Ludovic Salvador. On y plonge et disparaît avec lui dans l’Histoire, celle avec un grand H, qui n’a eu, parfois, aucune limite à la monstruosité. Tandis qu’il alterne récit et lecture, le comédien nous transporte dans un univers doux, estompé et bienveillant : « aimez-vous et respectez-vous ». Voici, là encore, un discours que nous pourrions tenir aujourd’hui, lorsque, entre terreur et lassitude, nous regardons les actualités. Nous nous laissons bercer par ce qui ne fut pas un simple mouvement social mais bel et bien un phénomène à la fois intime et incroyable, personnel et universel. Sur le plateau, nous recevons la manière dont se traduit ce qui tourbillonne en nous et nous permet, après une guerre ou un conflit dévastateur, de redevenir humains.

68 mon amour permet de donner une autre image des événements de mai 68, « à portée de l’intelligence humaine ». Pour la jeune génération qui n’a pas connu cette époque, il est important de transmettre la réalité et non des déformations et des amalgames d’une période où il était « interdit d’interdire ». Ce seul-en-scène réactive les émotions d’antan et nous permet d’élargir notre perception, telle une illumination sur ce qui semblait si obscure. On en sort emplis de tendresse, de joie, de beauté et d’un immense espoir : celui de tirer les leçons du passé pour un avenir meilleur, un monde où tout est possible à qui s’en donne les moyens.


La rédaction a assisté à la représentation du vendredi 16 novembre 2018.


68 mon amour

Texte : Roger Lombardot

Mise en scène : Chantal Péninon

Distribution : Ludovic Salvador

Durée : 1h00

  • Du 5 octobre au 28 décembre 2018

Le vendredi à 21h00.

Lieu : ABC Théâtre, 14 rue de Thionville, 75019 PARIS

Réservation : 01 42 08 05 46 ou abc-theatre.e-monsite.com

  • Du 14 mars au 2 mai 2019

Le jeudi à 21h30.

Lieu : Théâtre La croisée des chemins, 43 rue Mathurins Régnier, 75015 PARIS

Réservation : 01 42 19 93 63 ou www.theatrelacroiseedeschemins.com

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s