De l’air ! : oxygène pur

Voici déjà quatre saisons que Laurent Balaÿ tourne avec son seul en scène De l’air ! Après son premier spectacle, le Fou de Bassan, le comédien décide de peindre une galerie de personnages clés qui l’ont guidé, accompagné sur le chemin d’une épopée incroyable l’ayant mené à la scène. Avec beaucoup d’humour, nous voici plongé dans le parcours initiatique d’un comédien qui ne manque pas d’air !

Laurent Balaÿ © DR
Laurent Balaÿ © DR

Sur le plateau, Laurent Balaÿ arrive en chantant une mélodie italienne, l’air décontracté. Il se présente au public comme si la barrière de la scène n’existait pas. Ce qui frappe d’emblée c’est le naturel, la simplicité et la proximité entre lui et nous. « Dans la vie, on n’est jamais vraiment tout seul » nous dit-il et effectivement, nous allons vite nous en persuader. Tout seul, il va faire naître une galerie de personnages dans une suite de tableaux plaisants dans lesquels l’interprète manie la langue française avec profondeur et légèreté.

Il débute par ses aventures maritimes avant de regagner la terre ferme avec un petit pied à terre. Il croque la vie à pleines dents et se nourrit de l’air ambiant pour construire un texte tout en finesse. Comme un para, Laurent Balaÿ plonge dans le vide et se lance à la conquête de la scène. Il joue sur les mots, se montre drôle, accessible. Les personnages qu’il incarne ou décrit sont ceux que l’on croise dans les films, les livres ou la vie. Certes, les quelques clichés peuvent parfois lasser mais quand cela est fait avec humour et détachement, il n’en demeure qu’un instant plaisant comme lorsque l’on contemple un tableau de Miro que l’on ne voit pas.

Décider de devenir comédien, c’est tout faire pour percer, pour faire son trou. Avec son petit côté Richard Gere, il a déjà un physique mais cela ne suffit pas. Alors, comme un professionnel, il met en place sa stratégie de communication et se jette à l’eau en remontant le fil de ses souvenirs qui s’emboîtent tel un CV en mouvement. De la prof de théâtre antique qui adule la tragédie à une journaliste totalement délurée, il passe en revue toute une galerie de personnages qui pourrait laisser croire qu’acteur n’est pas un métier sérieux mais qui rappelle surtout que dans la vie, il faut de la légèreté en acceptant de se laisser aller, au gré du vent.

Notons le tableau fort agréable de celui d’un jeune éducateur de banlieue qui pense davantage avec ses muscles qu’avec ses neurones. C’est très stéréotypé mais amené avec tant d’autodérision qu’on se laisse prendre au jeu. On apprécie également son imitation de Jean-Marie Bigard, celle de Laurent Ruquier ou encore de Nicolas Sarkozy et les parties interactives avec le public. Cela permet de prendre du recul pour aller de l’avant.

Bien qu’il nous manque parfois quelques références culturelles dans son spectacle, Laurent Balaÿ nous enchante par sa façon de ne jamais manquer d’air, l’air de rien, et il n’est pas prêt de nous étouffer. Son seul-en scène est un bien beau coup de théâtre une pièce montée comme une jolie bulle d’oxygène qui fait du bien et nous aide à mieux respirer.


De l’air !

Texte : Laurent Balaÿ

Mise en scène : Christian Termis

Distribution : Laurent Balaÿ

Durée : 1h15

  • Du 4 février au 15 avril 2018

Le dimanche à 15h

Les mercredis de mars à 20h

Lieu : Théâtre de Ménilmontant, 15 rue du retrait, 75020 PARIS

Réservations : 01 46 36 98 60 ou www.menilmontant.info

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s