Sandor : un univers écorché-vif

C’est dans le cadre de la sélection des Inouïs au Printemps de Bourges 2017 que nous avons découvert cette artiste suisse. Guitariste et chanteuse, Sandor a fait éclore son talent sur la scène du 22 et a su surprendre le public, toujours très curieux, en trente minutes chrono, grâce à un embarquement immédiat dans un bateau séduisant qui n’avait rien du naufrage qu’elle chante dans l’un de ses titres.

Sandor © SBJ
Sandor © SBJ

La pop francophone de Sandor est à la fois grave et mélancolique, presque mystique. Avec ses touches électro et synthé comme dans les eighties, l’artiste suisse écrit en français et déploie une myriade de couleurs vocales dans les morceaux qu’elle a proposée cet après-midi là au 22. Accompagnée sur scène par son producteur, arrangeur et batteur Jérémie Durciel, sa voix chaude et rassurante aux allures de ce que faisait la chanteuse du groupe Niagara, a montré un style bien affirmé et une empreinte vocale qui commence à se dessiner avec précision. Tania Bochud, au clavier et à la seconde voix, permet de donner un nouveau souffle aux mélodies qui se font parfois entraînantes et lancinantes telles des vagues venant s’échouer sur le rivage. Des ritournelles qui restent en mémoire, des sons colorés, Sandor propose un voyage dans son univers écorché.

« Je vais toujours trop loin » chante-t-elle en ouverture de son set avant de se demander « comment j’ai pu tomber si bas ? » dans le single Rincer à l’eau qui tourne actuellement sur les bonnes ondes. C’est peut-être le meilleur résumé possible de l’univers de Sandor, dont les textes prennent racine dans une mélancolie et une certaine forme de tristesse. Comme le fredonnait si bien Barbara, l’artiste suisse s’inspire d’un mal de vivre pour s’ancrer dans l’existence et faire quelque chose de positif de ce sentiment qui peut facilement nous faire sombrer. En acoustique ou en version plus musicale, sa voix résonne et s’impose en douceur. Dommage que parfois l’orchestration soit mal jaugée et que, trop forte, elle couvre les paroles car l’artiste a des choses à dire dans ses chansons.

Coup de foudre des Inrocks, celle qui est institutrice en Suisse compose des mélodies qui rentrent et restent en tête. Son exigence rythmique font sa singularité et actuellement, Sandor ne ressemble à rien d’autre parmi tout ce que l’on peut entendre ici et là. Empruntant son nom à une auteure hongroise, elle interroge dans ses chansons le genre et se met dans la peau aussi bien d’un homme que d’une femme dans ses textes, en grande partie autobiographiques. C’est sans aucun doute l’un des nouveaux visages avec lesquels il faudra désormais composer. Très attendue sur les scènes internationales dans les prochains mois, Sandor a su offrir un concert habité et magnétique qui a su convaincre l’auditoire.

A 35 ans, la Lausannoise en paraît à peine la vingtaine sur scène. Energique, surfant sur l’écume de la new wave, elle met en chanson un quotidien cru qui étonne et désarme parfois, à l’instar de sa troisième chanson, dans une lumière rouge vif, où elle clame « baise-moi, baise-moi encore, baise-moi plus fort, tu disais entre dans mon corps ». Pourtant, aucune vulgarité ne transparaît ni dans son attitude ni dans sa manière de partager ce texte avec le public. Il est certain que ce type de chanson d’amour a de quoi déstabiliser mais c’est en surprenant et en allant chercher le public là où il ne s’y attend pas que réside la clé de la réussite. Ce qui est certain c’est que Sandor a réussi à marquer les esprits et c’est indispensable lorsque l’on a la chance de figurer parmi la sélection des Inouïs du Printemps de Bourges, qui impulse les talents de demain et leur offre une exposition médiatique intéressante pour bénéficier d’un tremplin indispensable pour espérer percer dans le monde musical.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s