Les choristes : retour gagnant

En 2004, Christophe Barratier mettait à l’honneur le chant grâce à son film porté par le talentueux Gérard Jugnot. Sur une musique de Bruno Coulais, il orchestrait les pensionnaires de Fond de l’étang, un établissement scolaire bien particulier aux méthodes strictes. Treize ans plus tard, le binôme se relance dans l’aventure en adaptant pour la scène leur chef-d’œuvre cinématographique.

Les choristes spectacle musical © Cyril Moreau
Les choristes spectacle musical © Cyril Moreau

Le chef d’orchestre Mathieu Clément rêve sa vie dans un petit appartement miteux. Il a postulé pour enseigner la musique mais c’est en tant que surveillant, simple pion, qu’il arrive au Fond de l’Etang, un pensionnat dirigé avec sévérité par Rachin dont les méthodes sont plus que critiquables auprès d’élèves qui sont loin de tous être des enfants de chœur. C’est ainsi qu’il fait la connaissance de l’équipe éducative composée du Père Maxence, sorte d’ange qui veille sur l’établissement et du professeur Langlois. Très vite, il est confronté à Pascal Mondain, un « pervers grégaire » placé ici en mesure expérimentale, à Pépinot, un orphelin qui attend chaque samedi à la grille que ses parents viennent le chercher ou encore à Pierre Morhange, « une tête d’ange avec le diable au corps » dont il va s’éprendre de Violette, sa mère. Dans ce lieu où la seule devise est « action-réaction », il va devoir faire preuve de persévérance et rien de mieux que la musique pour adoucir les mœurs.

Difficile de succéder à Gérard Jugnot qui a marqué le film des Choristes dans le rôle de Clément Mathieu mais Jean-Louis Barcelona prend la relève sans en avoir à rougir. Il apporte beaucoup d’humanité à son personnage et une compassion admirable. Il est touchant dans sa première chanson : « ma vie, je l’ai juste rêvée » tout comme dans ses premiers espoirs de changer les choses : « ils ne chantent pas très bien, mais ils chantent ». Musicien raté, il s’accomplira en développant sa chorale auprès des jeunes enfants en difficulté, sous l’œil aigri du directeur Rachin auquel Patrick Zard prête ses traits et sa voix. La douce Violette Morhange est interprétée par Aude Candela mais son rôle est très secondaire et plutôt effacé, tout comme celui du Père Maxence (tendre Jean-Pierre Clami) ou de Langlois (discret Michel Plorgé). En revanche, Victor Le Blond, habite à la perfection son personnage de Pascal Mondain et le fait exister d’un regard inquiétant ou d’un sourire diabolique.

Contrairement au film, la classe de Clément Mathieu à l’internat accueille également des filles, un petit groupe de quatre demoiselles espiègles. On retrouve du côté des garçons les emblématiques élèves que nous avons découverts en 2004 : Pépinot, Morhange, Le Quellec, Corbin, Boniface… Répartis en trois équipes de quinze, les choristes de la prestigieuse Maîtrise des Hauts-de-Seine donnent vie chaque soir à ce groupe de pensionnaires. Ils sont tous remarquables, aussi bien en chant qu’en jeu scénique. Mention spéciale au petit garçon qui interprète Pépinot dont l’intervention finale nous a une nouvelle fois bouleversés, mettant une énorme dose d’émotion dans sa phrase, presque une supplique : « Emmenez-moi avec vous ». La voix d’ange de Pierre Morhange est également un atout phare de cette création dans laquelle nous retrouvons tous les plus grands succès de la bande originale composée par Bruno Coulais, comme Vois sur ton chemin ou l’émouvant Cerf-Volant, en passant par la délicate Caresse sur l’océan, auxquels s’ajoutent de nouvelles chansons, interprétées par les adultes, souvent en solo afin d’étoffer leur rôle. La salle de classe est mobile et lorsqu’elle pivote, elle devient la façade de l’établissement. Jouant sur deux étages scéniques, l’équipe enchaîne avec beaucoup de fluidité les tableaux dont les nombreuses alternances de décor rythment l’ensemble.

On retrouve dans le spectacle musical des Choristes toutes les scènes clés du film telle que l’incendie ou encore le tableau bouleversant des avions en papier en guise de remerciement au moment du renvoi du pion aux méthodes innovantes qui dérangent dans un condensé qui, bien que développant bien moins les protagonistes, gagne en intensité au fur et à mesure des deux heures de show. Que les nostalgiques de 2004 se rassurent : ils replongeront avec délice dans leurs souvenirs tout en s’en détachant afin de se laisser emporter par la nouvelle version adaptée pour la scène. Un succès à voir et revoir en famille ou entre amis pour un moment convivial garanti.


Les Choristes

Livret : Christophe Barratier et Philippe Lopes-Curval

Musique : Bruno Coulais

Mise en scène : Christophe Barratier

Avec : Patrick Zard, Jean-Louis Barcelona, Victor Le Blond, Aude Candela, Jean-Pierre Clami, Michel Plorgé et la Maîtrise des Hauts-de-Seine

Durée : 2h avec entracte

  • Du 23 février au 18 juin 2017

               Du jeudi au dimanche à 11h00, 16h00 ou 20h00

Lieu : Les Folies Bergère, 32 rue Richer, 75009 Paris

Réservations : www.foliesbergere.com ou www.leschoristes-spectacle.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s