Derrière la porte : le jeu des liaisons dangereuses

Ce n’est pas une mais deux pièces complémentaires que l’on peut découvrir au Théâtre Douze jusqu’au 19 mars puis à la Comédie Saint-Michel. Derrière la porte, le texte d’Alberto Lombardo s’inscrit dans le prolongement d’Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée, écrite par Alfred de Musset. Un couple, deux époques et une multitude de codes qui, au fil du temps, n’ont pas beaucoup changé. Au jeu de l’amour et des liaisons dangereuses, déraper n’est jamais mission impossible.

derrière la porte
© D.R

Le Comte vient rendre visite à sa voisine la Marquise. Cette dernière se prépare pour une soirée mondaine qu’elle donne chez elle. Dans la dangerosité de l’instant, où un convive pourrait rompre à tout moment le charme de l’impromptue entrevue, les cœurs se dévoilent et suggèrent une partie de séduction pour tromper l’ennui. Mais à ce petit jeu où certains se rient de tout, chacun pourrait bien se laisser prendre au piège de la sensualité et y succomber. Dans la seconde pièce, nous retrouvons le couple, fraîchement marié, de retour de lune de miel. Ils sont les mêmes sauf que la transposition temporelle les fait s’interroger à notre époque sur la portée de leur déclaration. Le jeu se poursuit, quitte à brouiller les pistes entre ce que l’on dit et ce que l’on pense réellement.

Derrière la porte est la suite contemporaine de la pièce d’Alfred de Musset, Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée. Une sorte de continuité logique d’un jeu dangereux auquel il faudrait assumer les conséquences au réveil. Du XIXe siècle à nos jours, la règle est la même : on ne badine pas avec l’amour. Si l’écriture de Musset est toujours aussi aiguisée et savoureuse, celle d’Alberto Lombardo s’inscrit sur la même lancée. Il ausculte les cœurs et met leur contenu sur la table grâce à des mots sensuels, précis et parfois inquiétants car ils nous renvoient à notre propre image. Que se passe-t-il une fois la porte du cœur et de l’âme entrouverte, une fois qu’un inconnu y a pénétré ? C’est ce que nous pouvons apercevoir dans ce spectacle.

L’amour est-il un jeu ? Est-ce que lorsque nous nous déclarons, nous jouons la comédie ? Faut-il faire semblant d’y croire pour aller plus loin dans la partie ? Et si au final, toute relation n’était qu’une farce ? L’enchaînement des deux pièces permet de construire des personnages, à la fois distants et si proches de nous, de ce que nous sommes, en s’emparant de ces problématiques qui, à défaut d’être existentielles, sont fortement ancrées dans notre quotidien. Entre les deux inconnus devenus amants puis mariés, il manque la passion, les étincelles qui font que le chemin à deux semble plus beau. Cependant, sur le plateau, tout fonctionne parfaitement. Nous avons vu le duo très convaincant que forment Héloïse Lacroix et Guillaume Dollinger mais d’autres couples mettent en avant ces pièces, en alternance. Elle est double, complexe comme n’importe quelle femme, tantôt aigrie, tantôt joueuse. Lui est conquérant puis déserteur. Ils se complètent, s’apprivoisent, se découvrent. Pleinement engagés, les deux comédiens nous entraînent dans la valse des sentiments avec sérieux et légèreté.

Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée, suivie de Derrière la porte a cette volonté d’accorder les paroles au ressenti, de réussir le mariage idéal entre ce que l’on dit et ce que l’on est. Une façon de vivre profondément ses relations, en harmonie avec ce que l’on maîtrise et ce sur quoi nous n’avons aucune prise. C’est vif, drôle mais également inattendu par moment. Aussi vrai que l’on « ne trompe vraiment qu’avec le cœur », le badinage a des conséquences, comme chacun de nos actes et il est bon de nous le rappeler de temps en temps pour se réaliser pleinement.


Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée

Texte : Alfred de Musset

suivie de

Derrière la porte

Texte : Alberto Lombardo

Mise en scène : Alberto Lombardo

Avec : Héloïse Lacroix, Julie Macqueron ou Aude Lanciaux et Guillaume Dollinger ou Pablo Gallego

Durée : 1h15

  • Du 28 février au 19 mars 2017

               Du mardi au samedi à 20h30

               Dimanche à 15h30

Lieu : Théâtre Douze, Centre d’animation, 6 avenue Maurice Ravel, 75012 Paris

Réservations : 01 44 75 60 31 ou THEATREDOUZE@LALIGUE.ORG

  • Du 25 mars au 29 juillet 2017

               Jeudi à 21h30

               Dimanche à 18h15

Lieu : Comédie Saint-Michel, 95 boulevard Saint-Michel, 75005 Paris

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s