Nous aimerons-nous ? : histoires éphémères

La compagnie Cadavres exquis présente une pièce où Véronic Joly et Olivier Descargues improvisent chaque soir une nouvelle histoire d’amour avec la complicité du public. Hormis la révélation d’indéniables talents d’adaptation, la représentation permet de mettre en lumière une brillante construction dramaturgique qui ne craint aucune lassitude. S’aimeront-ils ? Pour le savoir, ils nous donnent rendez-vous du 20 au 28 février, chaque lundi et mardi, au Théâtre de Belleville mais on vous le dit d’ors et déjà : y’a de l’amour dans l’air.

nous-aimerons-nous
© Jean-Baptiste Chauvin

Accueil particulier avant d’entrer en salle pour la représentation de Nous aimerons-nous ? puisque nous nous voyons remettre un étrange questionnaire. Il s’agit tout de même de le remplir consciencieusement, de votre plus belle écriture car votre participation sera déterminante, si vous êtes tirés au sort, pour construire la situation initiale et donner une orientation à l’intrigue dès lors totalement improvisée. Le point de départ est neutre et ouvre le champ de tous les possibles. Nous sommes face à un homme et une femme allongés en peignoir puis dans un lit aux draps froissés. Leurs vêtements épars dans la pièce nous indiquent qu’ils viennent de faire l’amour. Le reste, nous le découvrirons bientôt. Comment s’appellent-ils ? Depuis quand se connaissent-ils réellement et bibliquement ? Ont-ils des enfants ? Quelle heure est-il ? Où sont-ils ? Quelle tenue vont-ils porter ?… : tout cela, c’est à vous de le décider grâce à un scénario bâti comme le jeu du cadavre exquis que l’on déploie progressivement. L’amour sur un jeu de dé pour déterminer la durée de leur relation, parcours au sol à effectuer le plus possible par le personnage féminin, livre de chevet pour le personnage masculin dont il inventera un passage avec beaucoup de conviction… Voici autant de contraintes qu’il leur faudra maîtriser. A cela, ajoutons des objets particuliers à remettre, des nouvelles à annoncer ou encore des décisions à prendre et vous obtiendrez la recette de base de cette histoire d’amour.

Nous avons eu la chance de voir la pièce à sa sortie de création à la Villette. L’avantage avec ce concept, c’est que nous pourrions venir tous les soirs, nous ne verrions jamais la même chose, à moins d’un hasard impensable qui défierait les lois de la probabilité. Sur le plateau, Véronic Joly et Olivier Descargues, les rois de l’improvisation, ignorent une partie des réponses que le public a choisies. Complices tacites dans l’ombre de la confidence, les spectateurs s’amusent à les voir construire une histoire d’amour unique et éphémère comme l’est ce sentiment passionné et guettent l’insertion des éléments prédéfinis qui deviennent ici des contraintes de jeu. Le canevas prévoit à intervalles réguliers un nouveau moteur pour relancer l’intrigue et éviter que le scénario s’enlise ou tourne à vide. Ainsi, grâce aux jeux de lumières de Vincent Tudoce, le couple scénique sait où il en est dans sa gestion du temps. Très à l’écoute l’un de l’autre, ils se lancent à corps perdus dans l’interprétation d’une histoire probable où se mêlent avec délice l’humour et le drame, la tendresse et le désespoir.

Nous aimerons-nous ? a la saveur d’une immense boîte de chocolats dans laquelle nous piochons avec placidité les yeux fermés. Le temps présent se mêle à des flash-back d’une grande pertinence, faits au micro en aparté, et se rejoignent dans un futur incertain, sans jamais se départir d’une extrême cohérence dans la construction. Comme souvent dans les relations extrêmement fortes et inexplicables au lien parfois indéfectible, le couple désire la même chose mais faute de savoir communiquer convenablement, il finit par se perdre. Avec un délicieux dosage d’humour et de sensibilité, les deux excellents comédiens, d’un naturel déconcertant, jouent les prolongations en remontant le fil de leur relation grâce aux bribes de souvenirs qu’ils tentent de faire exister encore un peu. Dans le huis-clos de la chambre, décor unique d’une histoire qui n’appartient plus tout à fait qu’à eux, Véronic Joly et Olivier Descargues structurent un moment intime qu’ils nous offrent sans retenue, à l’unisson de deux cœurs égarés.

S’il est vrai que les histoires finissent mal en général, comme le chantaient les Rita Mitsouko en 1986, il s’agit de savoir comment y mettre un terme par un point final convenable sans pour autant la salir ou la renier. Issue heureuse, malheureuse ou dramatique, histoire drôle ou glauque, tout est possible à ce jeu de l’amour et du hasard. La compagnie Cadavres exquis vous le demande sans détour : Nous aimerons-nous ? C’est à vous d’en décider du 20 au 28 février 2017 au théâtre de Belleville.

———————————————————————–

Nous aimerons-nous ?

Une création de la Compagnie Cadavres exquis.

Mise en scène et conception : Olivier Descargues.

Avec : Véronic Joly et Olivier Descargues.

Lumières : Vincent Tudoce.

Son : Solange Fanchon.

Durée : 1 h 20.

  • Du 20 au 28 février 2017. Lundi et mardi à 21h15

Lieu : Théâtre de Belleville, 94 rue du Faubourg du Temple, 75011 Paris

Réservations/Billetterie : Théâtre de Belleville ou 01 48 06 72 34.

  • Vendredi 3 mars 2017 à 20h30. Dans le cadre du festival Merci la vie!

Lieu : Le Colisée, 11 avenue Sarasate – 64200 Biarritz

Réservations/Billetterie : lespetitsplaisirs.biarritz@gmail.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s