Petits arrangements avec la vie : les souvenirs de Mémé Casse-Bonbons

Après le festival d’Avignon qu’elle arpente depuis cinq ans, Mémé Casse-Bonbons, personnage populaire si attachant, poursuit son tour de France et fait escale au Story Boat de Conflans-Ste-Honorine, son port d’attache, avant de poser ses valises plus au sud, comme par exemple les 18 et 19 novembre prochain à Sérignan du Comtat près d’Orange. Avec ce premier opus, Anne Cangelosi ouvre la boîte aux souvenirs et aborde tout ce qui constitue le bilan d’une vie bien remplie en découvertes.

anne-cangelosi-meme
© Yann Etesse

Lorsque l’heure de la vieillesse a sonnée et que l’on assiste davantage aux enterrements qu’aux mariages de nos proches, les souvenirs ressurgissent des recoins de la mémoire et se transmettent oralement comme des trésors à la valeur inestimable. Joséphine, alias Casse-Bonbons, ne peut y échapper au retour de l’inhumation de Zacharie, son mari. Loin de se laisser abattre, elle fête la délivrance avec une petite fiole d’alcool et un joint qu’elle fume à l’allume-gaz. Mais à son âge, « y’a procuration », alors Mémé Casse-Bonbons peut tout dire, et elle ne va pas s’en faire prier, de la première rencontre avec son mari, à grand renfort de mots doux en passant par la nuit de noces avec une fellation qui ouvre les portes d’un monde inconnu ou les accès de jalousie, envers Huguette qu’il « y’a bien que la tombola qu’elle tire encore ».

Mémé Casse-Bonbons ne fait pas qu’ouvrir la boîte aux souvenirs puisqu’elle n’a pas sa langue dans sa poche. Si Joséphine « n’a pas une tête d’empire », aujourd’hui elle contre-attaque, comme une revanche sur une vie qu’elle a dû construire seule, sans explication de la part de qui que ce soit. Elle incarne une génération d’individus moins instruits que nous sur les choses de la vie. Avec tendresse et respect, Anne Cangelosi laisse s’exprimer Mémé et aborde tous les sujets sans aucun tabou, y compris la sexualité de nos grands-parents, chose que nous avons, il faut l’avouer, un peu de mal à imaginer. Mais Mémé nous raconte tout cela avec pudeur et réalisme, sans tomber dans la caricature ou les blagues lourdingues en dessous de la ceinture. Après tout, quand on ne nous explique rien, comment on fait ? Il faut bien apprendre par expérimentation et expériences. Comme on aligne les lampions dans les rues d’un village en fête, les souvenirs s’égrainent et nous parlent « d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître » comme le chantait Charles Aznavour. Cependant, il y a une notion d’universalité qui nous touche, nous bouscule, nous pousse à la réflexion.

Avec sa perruque, ses lunettes et son léger maquillage, Mémé Casse-Bonbons ressemble à nos grands-mères mais avec un côté femme libérée salvateur. Difficile de l’imaginer avec un petit canard vibrant, et pourtant ! Son langage cru et ses expressions méridionales en font un personnage fort attachant qui surprend mais qui nous livre une parole sincère, intime et pure, avec distance et sans vulgarité. Petits arrangements avec la vie, dont la suite, On n’achève pas les vieux,  aborde le délicat sujet des maisons de retraiteest un spectacle drôle et touchant, qui parle de la nature humaine avec simplicité et profondeur. Nous oublions trop souvent qu’avant d’être des personnes âgées, ces hommes et ces femmes ont eu notre âge et qu’ils se sont heurtés comme nous aux non-dits de l’existence. Au-dessus de certains berceaux, ce ne sont pas de vraies fées mais juste des stagiaires qui se sont penchées. Cela n’empêche pas de se construire en tant qu’individu et l’art a ce pouvoir magique de nous y aider en conjuguant les sujets profonds à tous les temps. « Pour savoir où l’on va, il faut toujours se souvenir d’où l’on vient ». Avec Mémé Casse-Bonbons, nous avons envie d’entourer de beaucoup d’amour nos aînés qui sont les témoins d’un passé pas si éloigné ni différent de notre présent. Ne laissant pas indifférent, le spectacle nous invite à changer notre regard sur une génération qui a tant à nous dire avant qu’il ne soit trop tard.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s