Radin !

Après avoir réalisé trois thrillers, Pour elle (avec Vincent Lindon et Diane Kruger), A bout portant (avec Gilles Lellouche et Roschdy Zem) et Mea culpa (avec Vincent Lindon et Gilles Lellouche), Fred Cavayé signe là pour son quatrième long métrage, une comédie en compagnie de Dany Boon, Noémi Schmidt, Laurence Arné.

radin-2016

François Gauthier, violoniste, est un grand radin. Ayant un père beaucoup trop dépensier, ce qui le rend heureux depuis tout petit, c’est d’économiser le moindre sou et de trouver mille et une astuces pour ne rien dépenser. Entendre les mots « payer » ou « donner » lui provoque des crises d’angoisses. Dans sa vie de tous les jours, son entourage ne le supporte pas. Son seul ami est son banquier qu’il considère comme son psy. Un soir sa vie va basculer : il tombe amoureux et une jeune fille, qui se prénomme Laura, se présente à lui comme étant sa fille. Afin de cacher son grand défaut, François se voit obligé de mentir. Et c’est là que débute les problèmes car ses mensonges vont finir par lui coûter cher.

Fred Cavayé a plutôt bien réussi sa première comédie. Elle est assez classique mais nous ne nous ennuyons pas, nous rions du début à la fin en passant même par la petite larme à l’œil, alors que nous nous attendions uniquement à une comédie humoristique. Dès le début, le réalisateur nous explique pourquoi son personnage principal est aussi pingre, ce qui permet de nous attacher à lui et d’essayer de se mettre à sa place malgré son gros défaut.

Cependant, la plupart des scènes comiques sont dans la bande annonce, comme ce dialogue entre François et son banquier dont nous ne nous lassons pas « Rappelez-moi combien j’ai sur mon compte ! » « 248 596 € » « il faut que je fasse des économies ! » « Vous en faites déjà ! » « Je peux faire mieux ! ». Est-ce que la bande annonce est trop longue ? Est-ce que le film manque de rebondissements ? Notons tout de même quelques moments hilarants qui ne sont pas dans la bande annonce. Sans trop vous en dévoiler pour vous laisser le plaisir de les découvrir par vous-même, une scène a provoqué l’hilarité dans la salle et va peut-être devenir culte, c’est celle du concerto à l’église.

Après avoir joué le malade imaginaire dans Supercondriaque en 2014, nous avons le plaisir de retrouver Dany Boon en radin dont il interprète le rôle impeccablement. Il ne surjoue pas. A ses côtés nous retrouvons Noémie Schmidt (Laura) que nous avons découverte dans L’étudiante et Monsieur Henri et qui incarne son rôle avec brio, également Laurence Arné, Valérie, une violoncelliste timide et bafouillante tombé sous le charme de François. Remarquons aussi une participation d’Anne-Sophie Girard, la contrebassiste trublion et de Sébastien Chabal dans son propre rôle.

On se souvient, ou pas, du film Cher radin, qui est un peu dans le même style mais avait fait un gros flop. Vincent Lagaf’ étant un très bon animateur mais très mauvais acteur. Contrairement à ce film qui est d’un ennui, nous vous conseillons d’aller voir Radin ! si vous souhaitez passer un bon moment.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s