Le voyage en Uruguay : la traversée des souvenirs

Des récits concernant la Ferme Neuve, l’exploitation de son grand-père, Clément Hervieu-Léger, pensionnaire de la Comédie-Française, extrait un texte émouvant, tendre et délicat sur la traversée vécue par ses aïeux pour rallier la Normandie natale et l’Uruguay. Avec les années, il ne sait « plus très bien ce qui est la vérité » mais touche les spectateurs avec cette belle histoire, celle maintes fois entendue dans son enfance et notée avec soin, qu’il porte désormais à la scène avec Daniel San Pedro.

filage - voyage en Uruguay
© Juliette Parisot

Clément Hervieu-Léger a écrit une épopée dont la pureté transparaît à chaque mot délicatement prononcé, à chaque geste, attitude. Sur le plateau, Guillaume Ravoire entre en scène, dans son bleu de travail, manipule des bottes de paille et instantanément, la magie opère au cœur d’un fabuleux seul-en-scène. Dans son récit, on ne sait pas ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas. Les noms ont la marque de la véracité mais le reste est incertain, déformé la transmission orale de cette histoire familiale. Mais peu importe. Nous plongeons dans un voyage qui durera deux mois. Philippe, le protagoniste, est capable de reconnaître les vaches et s’apprête à rejoindre l’Uruguay, joliment surnommé « la Suisse de l’Amérique latine » par son manuel de géographie qu’il brandit d’un air rêveur. Nous sommes en 1950. Osiris, Robespierre et Serpolet, trois taureaux, ainsi que Guérilla et Vanette, deux vaches, s’apprêtent à quitter les verts pâturages normands pour la pampa américaine, achetés à Robert, le grand-père de l’auteur, par un riche propriétaire, Hector Caorci.

La mise en scène particulièrement fluide de Daniel San Pedro et les lumières d’Alban Sauvé installent des ambiances scéniques différentes. Nous avons la sensation de prendre place aux côtés de Philippe pour ce périple qui alterne avec habileté le récit des souvenirs et le déroulement des scènes du passé. Toute l’effervescence des préparatifs contraste avec l’émotion profonde qui s’instaure au moment de lever l’ancre. Seul en scène, Guillaume Ravoire voyage sur tous les registres avec luminosité et virtuosité. Il nous entraîne avec lui sur les routes de la découverte. Sa performance, physique, est admirable et ce charismatique acteur est si investi, si expressif qu’il incarne à la perfection le spectacle vivant. Tout est clair, limpide, simple et authentique.

Nous le connaissions acteur sensible et metteur en scène charismatique, à la Comédie-Française comme au sein de sa Compagnie des Petits Champs qu’il codirige avec Daniel San Pedro. Nous découvrons ici Clément Hervieu-Léger, auteur, qui livre avec pudeur l’histoire de ses souvenirs ancrés dans un monde rural, qui s’inscrit parfaitement dans le cycle démarré avec Yerma et Noces de Sang de Federico Garcia Lorca mais aussi avec Monsieur de Pourceaugnac, la comédie-ballet de Molière et Lully. Si « on ne construit pas sa mythologie familiale en comptant les moutons », il parvient à faire de son histoire, ou du moins celle de son grand-père, une épopée touchante, épurée et chargée d’intentions délicates.

Il est vrai que d’ici ou de l’autre côté de l’Atlantique, « chacun a son pays lointain » mais avec Le voyage en Uruguay, les frontières s’amenuisent, les kilomètres s’effacent sur le chemin de l’art pour venir lentement nous émouvoir et nous fasciner avec l’aventure épique de cinq taureaux normands qui ne sont pas forcément fait pour le soleil. Cependant, le texte brille dans notre esprit et il serait dommage de ne pas partir à l’aventure que nous proposent Clément Hervieu-Léger, Daniel San Pedro et Guillaume Ravoire. Un bien bel hommage qui devient pur enchantement et que nous souhaitons voir prendre la route d’une tournée triomphante.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s