Lise dans les flaques : fragilité humaine

C’est un peu par hasard que nous avons poussé la porte du petit théâtre l’Albatros, en plein cœur de la rue des Teinturiers d’Avignon. Grand bien nous en a fait en découvrant ce seule-en-scène d’une douceur infinie qui nous fait plonger dans les méandres de l’enfance grâce à l’interprétation impeccable de Sandrine Delsaux.

lise dans les flaques

Lise arrive une nuit dans un bar abandonné. Les averses font rage à l’extérieur alors l’endroit sera un refuge mais aussi le lieu de l’attente d’une accalmie salutaire. « Je n’ai plus rien mais comme je n’ai jamais eu grand-chose, pour moi, la perte est minime. ». Lise a peur de déranger mais elle a une richesse insoupçonnée qui va ressurgir et l’envelopper d’une douce mélancolie. Le passé revient éclabousser son présent en rappelant à sa mémoire une enfance faite de rires et de peines.

Sandrine Delsaux fait acte de résilience avec ce texte qu’elle a écrit, mis en scène et qu’elle interprète avec envoûtement. Elle nous offre un beau voyage sur les territoires de l’enfance dans lesquels elle nous emmène avec tendresse et délicatesse. Tour à tour espiègle ou désarmée, elle bâtit un subtil mélange émotionnel. Bien que le rythme soit étiré, cela est fait avec beaucoup de finesse ce qui laisse effleurer les émotions à chaque instant. Nous sommes touchés par l’univers poétique et sensible que décrit Sandrine Delsaux, à fleur de peau. Elle parvient sans peine à nous embarquer dans son histoire interprétée avec une justesse inouïe. Elle est cette adulte en perdition mais aussi son père, son institutrice vue comme une sorcière. C’est sans pathos que le fil narratif se déroule et bien que la protagoniste invoquait toutes sortes de raisons pour que ceux qui ont compté ne soient plus là, elle nous touche par des souvenirs qui mettent en lumière une fragilité humaine.

La mise en scène ne tient pas à de grandes démonstrations et le moindre détail fait naître un souvenir ou une émotion. Lise, c’est un peu une partie de chacun d’entre nous. Nous sautons à pieds-joints dans les flaques de la vie alimentées par quelques larmes mais aussi et surtout par un bonheur, un espoir qui nous construisent, nous aident à grandir et nous rendent un peu plus fort chaque jour. « Où l’on est n’a pas d’importance : c’est de là où l’on vient qui en a ». Lise n’a pour seul compagnon que le silence dans ce café désert mais la pensée peut pleinement s’exprimer sans être perturbée. L’incertitude étant terrible, elle tente de poser des mots sur un ressenti jusqu’à ne plus se diluer.

Laissez-vous surprendre vous aussi par cette interprétation  sans faille d’un texte qui nous fait glisser sur le fil de la vie, entre rire et larmes. Joie et émotions sont au rendez-vous au terme d’un voyage théâtral universel. Lise dans les flaques est une magnifique ode à l’enfance et à la figure paternelle, une bulle de bonheur qui met du baume au cœur tout en douceur et qui fait beaucoup de bien.


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s