Het Land Nod : du chaos renaîtra la beauté

Le collectif anversois, FC Bergman, créé la surprise de cette deuxième moitié du Festival d’Avignon avec Het Land Nod (Le pays de Nod) présenté au Parc des Expositions. Reproduisant la salle Rubens du Musée des Beaux-Arts d’Anvers, ils nous offrent une vision des incertitudes et du chaos qu’inspirent le monde dans une sublime proposition, sans mots mais avec une myriade d’images faisant sens et force dans notre esprit.

het land nod
© Christophe Raynaud de Lage / Festival d’Avignon

Il fallait un lieu démesuré pour reproduire la salle Rubens du Musée des Beaux-Arts d’Anvers et c’est au Parc des Expositions que le collectif entreprend son œuvre esthétique, surprenante et prodigieuse, qui restera l’une des plus belles découvertes de cette 70e édition du Festival d’Avignon.

Durant l’installation du public, chacun s’affaire déjà sur le plateau. Le conservateur du musée passe régulièrement, de même que les ouvriers. Chacun s’interroge autour de la seule œuvre restée aux murs gris du musée : le chantier de rénovation va débuter mais Le coup de lance de Rubens orne encore un pan de la salle et avec son imposant format, nous ne voyons que lui. Les mesures sont prises, dans une savoureuse scène où le conservateur reste suspendu au tableau comme le Christ en croix, tandis que des touristes asiatiques viennent prendre un selfie sans l’apercevoir. En toute logique, si l’œuvre est entrée, elle devrait pouvoir faire le chemin inverse mais nous nous demandons bien comment cela sera-t-il possible. Tout se délite progressivement et le duo de gardiens, des sortes de Dupont et Dupond du musée, a bien à faire entre le visiteur, trempé, qui se déshabille entièrement pour se sécher tout en contemplant le tableau ou celle qui urine devant l’œuvre avant de perdre connaissance, sans doute suite à un surplus émotionnel.

Le temps passe, comme le suggère ce personnage qui, à intervalles réguliers, viendra disséminer dans un coin de la salle tantôt des feuilles mortes automnales, tantôt la neige hivernale, les pétales de fleurs printanières puis le sable estival. C’est étonnant, d’autant plus que le temps semble comme suspendu depuis notre arrivée. La représentation glisse dans le burlesque, l’absurde même, avec un ton décalé et humoristique savoureux bien que la fin soit plus éprouvante que la légèreté générale. Aucun mot ne parvient en dehors de la voix off de Jean-Louis Godard qui, dans Bande à part, nous apprend qu’un américain a mis 9 minutes et 45 secondes pour visiter le Musée du Louvre. Alors, il faut faire mieux et les membres du FC Bergman se mettent à arpenter la salle en courant jusqu’à épouser délicatement les murs délabrés avant de repartir de plus belle. Dans cette course folle, nous pourrions jurer qu’il y a toute la beauté et la délicatesse des gestes chorégraphiés de Pina Bausch. La réalité s’échappe progressivement et survient l’émergence d’images d’une beauté transcendante dans ce pays de Nod qui, bibliquement, est une terre d’exil.

La culture est-elle un lieu de refuge ? Pour l’imaginaire oui mais qu’en est-il du reste ? Les membres du FC Bergman, artistes associés au Toneelhuis d’Anvers,  ne sont ni totalement isolés, ni véritablement protégés par ce Christ qui les contemple du haut de sa croix. Les effondrements surviennent aux quatre coins de la salle et avec eux, c’est l’humanité toute entière qui est mise à mal dans sa contemplation et son rapport au monde. Le collectif ouvre les portes à un imaginaire débordant et proléfique en recréant un terrain de jeu et d’expression du chaos que leur inspire le monde dans une sublime métaphore prenant appui sur la salle du musée. Quel regard merveilleux sur notre monde à travers l’animation d’êtres humains fragiles et bouleversants ! Comme une œuvre d’art qui nous transperce, gravons pour longtemps dans nos mémoires ce Het Land Nod étonnant qui a su nous convaincre sans que nous ne puissions émettre aucune réserve, entre humour et réflexion.

Publicités

Une réflexion sur “Het Land Nod : du chaos renaîtra la beauté

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s