Nationale 666 : prendre la route de son envol

Lilian Lloyd présente au Théâtre de la Contrescarpe la comédie Nationale 666, qu’il a écrite et mise en scène et dans laquelle il narre un road-trip à la fois drôle et réflexif en s’entourant de trois comédiennes énergiques qui  nous mettent sur la route de nous-mêmes, pour le meilleur et pour le pire, où le bien et le mal nous montre le chemin de la vraie vie.

nationale
© Denis Tribhou

1981 : Sophie est sur le point de se marier et d’unir sa vie pour toujours à Paul. Ayant du mal à intégrer le prénom de son futur époux qu’elle s’obstine à appeler Pierre, cela semble mal parti. Et quand même le curé de la cérémonie s’en mêle, la journée vire au cauchemar. Alors, au moment crucial, la jeune femme fuit précipitamment une vie qui semble déjà toute tracée. Elle entraîne dans son errance très rock’n’roll, Louise et Angélique, deux amies parasites dont elle cherche à s’affranchir mais qui lui seront d’un précieux soutien sur le chemin entrepris à la quête d’elle-même au terme d’un long périple où elle s’apercevra que l’on est souvent seule sur la route de la liberté et de l’épanouissement jusqu’à trouver la place qui nous convient. Mais pour obtenir ce résultat, le parcours est souvent semé d’embûches et Sophie va l’apprendre à ses dépens : « j’ai cru qu’à deux je me trouverai » avoue-t-elle avant de prendre la décision de tourner la page pour écrire un nouveau chapitre de sa vie.

Il y a deux catégories de comédies : les divertissantes et celles qui font rire tout en apportant une réflexion derrière. La pièce Nationale 666 fait évidemment partie de ce second groupe. Qui n’a jamais ressenti l’angoisse au moment de s’engager et de prendre une décision importante ? Mais ce qui fait la force du texte percutant de Lilian Lloyd, c’est qu’il n’est pas du tout dans le registre moralisateur. Au contraire, c’est par l’humour qu’il ouvre la réflexion intime et personnelle qui en découle en sortant de la représentation. Sur le plateau, il peut compter sur un trio de comédiennes épatantes et énergiques, qui se complètent dans un rythme effréné. Il y a tout d’abord Sonia Bhé, qui donne vie à la sympathique Sophie, la mariée hésitante. Meringuée dans sa robe blanche, elle attire très vite notre empathie par ses doutes et son côté maladroit qui veut bien faire. A ses côtés, deux caractères très distincts : Angélique (excellente Victoria Grosbois qui se montre parfaite sans tomber dans une mauvaise caricature), une catholique ultra-coincée qui ne fait jamais un pas de travers et Louise (irrésistible Virginie Georges en bonne copine que l’on voudrait trouver plus souvent) une délurée au look affirmé qui prône le féminisme comme affranchissement d’une vie dictée par les codes d’une société de masse. L’une sera comme un ange gardien qui veille sur une jeune femme en perdition, telle la voix de la raison, et l’autre, jeune femme déjantée, une sorte de petit démon venu titiller sa bonne conscience. Sur une mise en scène extrêmement épurée, mettant l’accent sur le texte et les personnages hauts en couleur, la bande-son très rock nous comble avec pertinence et séduction. Et même si « être mal aimée c’est toujours mieux que de ne pas être aimée du tout », il faudra bien parcourir le chemin qui mène à la connaissance de soi. Pour cela, les scènes excellentes se succèdent et nous savourons cet instant salvateur composé de tableaux savamment dosés.

Lilian Lloyd propose une comédie à la saveur acidulée qui pétille sous l’action des trois comédiennes d’un naturel déconcertant. Le retour au point de départ pour une mise au point aux allures de point final à une histoire qui fait grandir avant de reprendre la route est particulièrement réussi. Comme le dit Sophie, il « faut bien finir par retirer les petites roulettes à l’arrière » et nous souhaitons une très bonne continuation à toute l’équipe de la Nationale 666, sur la route du succès.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s