Tristan et Isolde « Salue pour moi le monde ! » : Wagner chorégraphié par Joëlle Bouvier

Joëlle Bouvier, talentueuse chorégraphe, s’empare du chef d’œuvre de Richard Wagner, Tristan et Isolde, créé en 1865 pour en proposer une sublime version dansée par le Ballet du Grand Théâtre de Genève, où l’émotion affleure lentement mais profondément à chaque tableau. Elle met en corps la musique cérébrale du compositeur tout en respectant parfaitement la dramaturgie.

balletdegeneve_gregory_batardon_5
© GTG / Grégory Batardon

Tristan und Isolde est un opéra en trois actes de Richard Wagner, une mise en musique de l’un de ses poèmes écrit d’après la légende celtique et médiévale de Tristan et Iseut. Chargé de ramener Isolde qui doit épouser le roi Mark, Tristan doit affronter la révolte de la jeune femme qui l’a jadis soigné. Elle prend cela comme une profonde trahison mais s’éprend violemment de lui grâce à un philtre d’amour. Alors qu’elle s’est mariée au roi, Isolde continue sa passion dévorante. Surpris en pleine nuit d’amour par Mark, Tristan est blessé et s’enfuit dans la forêt bretonne où il agonise.

Il faut une certaine audace pour mettre en corps une partition d’opéra aussi magistrale. Joëlle Bouvier s’en empare avec talent et en présente une version raccourcie (1h30 au lieu des 4h30 initiales) sans jamais en amputer le sens ou la force émotionnelle. Chaque extrait trouve une intensité éclatante dans un ensemble envoûtant où Wagner est mis en mouvement de manière éclatante. L’amour à la vie à la mort est en filigrane à chaque instant dans une esthétique splendide où l’émotion se décuple dans une mise en scène épurée composée d’un escalier à double hélice, laissant le champ libre à la poésie qui transparaît dans chacun des tableaux. Des bâtons, des cordes, des planches suffisent à nourrir un imaginaire légendaire avec une grande sensibilité.

Lorsque le rideau se lève, nous découvrons de brefs tableaux semblables à des mirages dans une brume légère. Le sol luisant renvoie des reflets comme une étendue d’eau où la passion se mire à chaque instant. Un formidable travail sur l’esthétisme, les perspectives, les reflets, les images, les lumières et les sensations transparait au rythme de la musique wagnérienne qui émerge d’une profonde vision onirique. Isolde fait son apparition dans une longue robe d’un rouge passion saisissant. Elle est magnifique, courant autour de Tristan, accrochée à une corde qui la projette dans les airs à l’aide d’un processus de balancier intéressant. Leur voltige aérienne porte aux nues les images qui se créent sous nos yeux et fait chavirer notre cœur. Des drapés nous plongent dans les limbes vaporeux de la mer et les tableaux fugaces initiaux, comme des souvenirs entrecoupés de fondus noirs, font place à un plus long, très fluide, comme si Ariane déroulait son fil dans le labyrinthe et offre une dramaturgie très lisible et intelligible du mythe.

La gestuelle est d’un lyrisme profond à chaque apparition du couple unit par un philtre d’amour et périssant dans les flammes d’une passion dévorante. Le langage des corps nous ensorcelle et nous captive du début à la fin. Le trio des amants avec le roi Mark est d’une beauté transcendante avant le tableau final qui donne l’image de deux corps emportés par les flots dans la tumulte de l’amour.

Tristan et Isolde « Salue pour moi le monde ! », c’est la profondeur de Wagner chorégraphiée par Joëlle Bouvier et sublimée par le Ballet du Grand Théâtre de Genève. Un moment de grâce à l’état pur qui révèle toute la force du mythe qui, après Roméo et Juliette, demeure l’une des plus belles histoires d’amour de tous les temps.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s