Duel opus 2 : envolée sur la gamme de l’humour

Laurent Cirade, le violoncelliste et Paul Staïcu, le pianiste, enflamment le Théâtre du Palais-Royal avec ce nouvel opus de leur spectacle musical humoristique et déjanté, où la virtuosité côtoie le loufoque pour un résultat étonnant qui ravira à la fois les mélomanes et ceux qui aiment rire au théâtre.

duel-spectacle-burlesque-musical_7
© Sébastien Cirade

C’est dans une tenue classique, en totale opposition avec le concert qu’ils exécutent, que Laurent Cirade et Paul Staïcu se présentent à nous. Comme sur un ring de boxe, chacun tente de rivaliser avec l’autre afin de prouver qu’il est le meilleur. Et de l’inventivité, nos deux compères en ont à revendre dans leur univers déjanté mais bien à eux. Dans une mise en scène dynamique signée Agnès Boury, les courtes saynètes se succèdent dans un rythme effréné.

Dès son entrée sur scène, le violoncelle se montre récalcitrant et il faudra beaucoup de doigté à son propriétaire pour le dompter, révélant au passant une virtuosité hors norme et une parfaite maîtrise de l’art musical reposant sur le comique de situation. Que ce soit la Valse de Strauss dans laquelle ils intègrent une sonnette sans interrompre l’interprétation de leur propre instrument ou, comme dans une partie estivale de tennis de table, en faisant une tournante autour du piano tout en continuant à se relayer la mélodie, tout amène le spectateur à rire de bon cœur. Le duo nous impressionne dans ses joutes musicales mais aussi dans les sketchs mis en place comme la prise de selfies en même temps qu’ils jouent. S’il est une idée reçue tenace, c’est sans aucun doute celle de penser qu’un homme ne peut pas faire deux choses à la fois. Et bien nous possédons maintenant un parfait contre-exemple, notamment lorsque Laurent Cirade se lance dans un morceau en jouant simultanément du violoncelle et du didgeridoo. C’est littéralement bluffant, de même que leur duo sur Carmen à quatre mains, chacun consacrant cinq doigts au piano et cinq doigts au violoncelle.

Poussant des grognements ou des bruits aux sonorités italiennes, ils laissent s’exprimer les notes et les actions plutôt que les mots. Nous passons par une multitude de genres (blues, classique, western au coin du feu, berceuse, soul…), et un instrument différent vient se greffer à chaque saynète, si bien que cela crée un effet de surprise très plaisant. Nous ne savons jamais ce qui va se passer et c’est tant mieux. Ainsi nous pouvons savourer les trouvailles hilarantes de nos énergumènes où le pianiste se fait embrocher sur le violoncelle qui servira, quelques minutes plus tard, pour le barbecue dominical. Quel savoureux moment de voir Paul Staïcu jouer du piano couché, à en faire pâlir le regretté Michel Berger, tandis que Laurent Cirade fait courir son archet sur une scie musicale dans une époustouflante synchronisation. La parodie No baby no cry d’après un tube de Bob Marley apporte un moment touchant mais jamais très loin du burlesque.

Nos deux complices virtuoses sont de grands enfants qui s’amusent sur les notes, les mélodies, les styles et les genres, de vrais polyglottes musicaux en interaction visuelle et sonore avec le public qui en redemande. Tout comme Paul remercie tous les compositeurs qui ont composé pour eux, de Fauré à Cosma en passant par les Bee Gees ou Chopin, de notre côté nous les remercions d’avoir joué pour nous et d’avoir ensoleillé notre soirée, en témoignent les deux rappels amplement mérités. Leur univers décalé séduit et enchante les spectateurs qui découvrent une épatante prescription musicale de bonne humeur, en inventant tout un monde de sons et d’images renforcé par des jeux de lumière qui modifient l’atmosphère de chacun des morceaux. L’idéal pour sortir de la période hivernale et faire le plein de notes vitaminées.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s