Maris et femmes : couples au bord de l’implosion

Christian Siméon s’empare du film américain de Woody Allen sorti en 1992 et le monte sur scène avec une distribution très convaincante qui évolue dans une mise en scène plutôt fluide signée Stéphane Hillel, nous garantissant un chouette moment devant cette charmante comédie.

marisetfemmes©celine-nieszawer11
© Céline Nieszawer

Jack et Sally annoncent à un couple d’amis, Gabe et Judy, qu’ils se séparent d’un commun accord. Ils le disent de manière tellement désinvolte que le quatuor en est perturbé. « Une conversation banale t’en fait un conflit ». Effectivement, l’annonce de cette séparation va également retentir sur les autres, à commencer par  Judy qui s’interroge sur son propre couple. Si tout semble aller bien en apparence, il y a des failles invisibles qui finissent par s’agrandir et faire voler en éclat l’équilibre conjugal car « la vie est un patchwork d’incertitudes » et il faut bien se rendre à l’évidence : chacun pourrait bien y laisser quelques plumes sentimentales.

L’écriture fine et précise de Woody Allen fait mouche et les dialogues ciselés et incisifs font de cette charmante comédie un agréable moment. On y retrouve tout l’humour ironique et parfois cynique du scénariste dans des thèmes qui lui sont chers, ceux qui tournent autour du couple et de l’incompréhension au sein des relations humaines. Le texte fait preuve d’une grande justesse et le sens du dialogue est extrêmement présent dans cette pièce chorale où les destins se font et se défont, les chemins se croisent ou se séparent, mettant en scène des personnages proches de nous, avec les mêmes soucis et les mêmes préoccupations, rendant l’identification du spectateur plus aisée. La scénographie, lumineuse et astucieuse, joue sur les perspectives et dynamise les saynètes qui se déroulent sur le plateau, nous permettant de passer aisément d’un imaginaire à un autre où tout s’enchaine parfaitement sans aucun temps mort dans cette narration croisée, grâce également à une distribution de qualité, Florence Pernel en tête. Elle est irrésistible en femme frigide et psychorigide et obtient les  répliques les plus succulentes de la pièce, notamment le passage où, en plein ébat amoureux, elle s’interroge sur la fait de savoir si son mari est au lit plutôt un renard ou un hérisson. Elle est hilarante. José Paul tire également le casting vers des sommets de réussite. Il est excellent dans la peau de Gabe, un professeur d’écriture qui tombe sous le charme de son étudiante Rainer. Il joue à merveille l’homme perdu qui a besoin de ressentir qu’il peut encore être attirant. En revanche, Alka Balbir ne nous a pas convaincu en étudiante croqueuse d’hommes mûrs. Elle est restée beaucoup trop superficielle et n’a pas réussi à insuffler assez de relief à son personnage. Hélène Médigue, de son côté, campe avec beaucoup de douceur Judy, femme frustrée d’un désir d’enfant non partagé et qui se cherche dans son épanouissement professionnel à défaut de celui maternel. Marc Fayet est Jack, le mari volage qui se rassure dans les bras d’une femme plus jeune, une prof de fitness immature incarnée avec brio par Astrid Roos. Enfin, Emmanuel Patron est touchant. Il est Mickaël, le collègue de Judy et amant de Sally.

La chronique conjugale de Woody Allen s’offre une seconde jeunesse sur les planches de la salle Réjane du Théâtre de Paris dans une savoureuse remise en question de deux couples qui nous invite à repenser nos propres relations humaines, nos envies, nos frustrations, nos déceptions et nos aspirations. Une très bonne surprise théâtrale à laquelle nous ne nous attendions pas vraiment mais qui fait beaucoup de bien. Et rien que pour le talent de Woody Allen, nous vous recommandons chaudement Maris et femmes, à voir en couple ou entre amis pour s’évader d’un quotidien un peu anxiogène.

Advertisements

2 réflexions sur “Maris et femmes : couples au bord de l’implosion

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s