Inuk : constellations d’images du grand Nord

Revenu d’une expédition de 15 jours au Nunavik, la terre des Inuits, David Gauchard propose avec la Compagnie l’Unijambiste un spectacle hybride qui transcrit le quotidien de ce peuple vivant dans un paysage gelé, blanc, pur avec une scénographie émerveillée et un message fort.

inuk

Parti dans le grand Nord Québécois à la poursuite des rêves et des récits de son grand-père marin-pêcheur qui partait plusieurs mois taquiner la morue en Terre-Neuve, David Gauchard est revenu du Nunavik avec un enchaînement de saynètes sur le quotidien des Inuits dont le titre signifie l’homme, à mi-chemin entre le documentaire scénique et le carnet de voyage archéologique, créé en septembre 2015 au 32ème festival des Francophonies en Limousin, dédié aux écritures théâtrales francophones. Il  a fait escale avec la Compagnie l’Unijambiste à l’Espace Jean Legendre de Compiègne dans le cadre de sa tournée qui passera également par la Maison des Arts de Créteil dans quelques jours.

Il n’y a pas de réelle progression dramatique dans ce Inuk mais plutôt un patchwork d’images poétiques sublimés, de tranches de vie sur la banquise, s’adressant au jeune public. Dans sa note d’intention, le metteur en scène et scénographe précise qu’avec son équipe ils ont cherché, « à la manière d’un livre d’images, l’équilibre entre onirisme du grand Nord et la réalité contemporaine ». Mettant de côté le texte et les mouvements, l’esthétique fascinante qui a lieu sur le plateau transcrit le quotidien des Inuits dans un paysage gelé, blanc et pur. Ce peuple a dû apprendre à communiquer ses pensées aux autres car il en allait de sa survie. Avec une voûte céleste en demi-sphère au fond du plateau, Emmanuelle Hiron, Nicolas Petisoff et L.O.S évoluent dans un espace restreint de banquise où les animaux du grand Nord côtoient ces touristes de l’Arctique. Inuk (l’homme) est la forme singulière d’Inuit (peuple). Et c’est également un spectacle singulier qui s’offre à nos yeux sous une musique vive et vivifiante, propice à l’onirisme, la rêverie et le voyage mental. Des instants suspendus dans le temps comme la reproduction des constellations avec une corde font de ce carnet de voyage animé un moment poétique hors norme, ponctué de réelles images tournées dans le grand Nord, soulignant la pureté des paysages. Toute la beauté sert à délivrer un message fort : celui de prendre nos responsabilités humaines sous peine de voir disparaître à court terme toute cette civilisation.

Inuk est la parfaite proposition scénique qui donne envie d’enfiler nos moufles et nos doudounes pour suivre un peuple solidaire et généreux et mettre nos pas dans les siens, sur une banquise immaculée aux aspects d’île déserte du bout du monde, tombeau d’une culture humaine menacée d’extinction.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s