L’amant : un autre je(u)

Après un passage dans le Off d’Avignon à la Petite Caserne cet été et une participation au festival 789 en septembre, l’Amant du britannique Harold Pinter, présenté par la compagnie « Comme c’est bizarre », pose ses valises dans la petite salle voûtée très intimiste du Théâtre de Nesle jusqu’au 30 janvier 2016.

IMG_2752

Richard et Sarah forment, en apparence, un couple heureux en ménage malgré la routine. Chaque jour, avant de partir travailler, le mari demande à sa femme, d’un ton badin presque anodin, si elle recevra Max, son amant, dans l’après-midi. Tous deux semblent s’en accommoder parfaitement. Mais ici point d’adultère au sens propre du terme puisque c’est Richard qui joue l’amant pour son épouse tandis qu’elle endosse le rôle de sa « putain ». Un après-midi, alors que ce jeu ritualisé semble pimenter l’intimité de leur couple usé par un quotidien banal et apporter un certain équilibre à leur relation, Richard décide de mettre fin à leur (fausse) liaison extraconjugale. Mais Sarah n’entend pas ainsi laisser la jalousie gagner la partie, quitte à ce que l’incompréhension s’installe entre eux.

La pièce du dramaturge et prix Nobel de littérature britannique Harold Pinter, écrite en 1962, n’a rien perdue de sa puissance d’écriture avec un texte qui nous emmène dans l’univers de l’absurde à la Beckett où les personnages glissent peu à peu dans une douce folie. La mise en scène de Cathy Guillemin, intimiste dont la promiscuité est accentuée par la petite salle voûtée à la cave du charmant Théâtre de Nesle, est efficace et met parfaitement en avant les faux-semblants, soulignés par la belle performance des deux acteurs particulièrement convaincants dans la peau de cet étrange couple. Jules Lecointe est un homme aux deux visages en endossant le rôle de Richard / Max. Il passe d’un mari d’humeur égale à un amant passionné laissant s’exprimer tout son désir sensuel et sexuel. Quant à Aïda Hamri, elle nous montre de multiples facettes et une large palette de jeu. Epouse plutôt fade et effacée, elle se révèlera être une maîtresse gracieuse, pétillante et mutine, sensible et pleine de douceur. A force de flirter avec les précipices de la schizophrénie, arrive ce moment où l’on ne sait plus trop bien qui est qui, qui joue, qui est sincère… Alors l’illusion théâtrale atteint son paroxysme et la confusion qui naît chez le spectateur est un gage de réussite face à ce texte complexe mais élégant, sensuel et percutant de Pinter, à l’image de ses deux interprètes. Les courts tableaux de leur vie conjugale se succèdent et s’articulent par des fondus au noir plutôt habilement amenés et utilisés à bon escient dans le décor sommaire d’un intérieur plutôt chaleureux, baigné par un éclairage doux et feutré. Les jeux de lumière renforcent le temps qui passe, la routine qui s’installe, la jalousie qui s’infiltre dans une impression de vie « merveilleusement bien équilibrée » et la folie qui pimente une relation amoureuse qui s’affranchit de toute norme.

Avec une mise en scène sobre et l’interprétation d’une grande justesse de deux talentueux comédiens, L’Amant de Pinter interroge la relation de couple et la routine du sentiment amoureux en proposant des jeux de rôles pour pimenter une existence aux prises avec la réalité cruelle d’une vie à deux. Tout en retenue et en sensualité justement dosée, Jules Lecointe et Aïda Hamri entraînent le spectateur aux frontières de l’absurde en entretenant équivoque et double personnalité pour mieux nous faire entrer dans l’intimité atypique et subtile de leur couple, rendant le théâtre incisif et profond de Pinter limpide et accessible au plus grand nombre.

Publicités

2 réflexions sur “L’amant : un autre je(u)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s