Aimons-nous les uns les autres : de l’utopie au rire

Après avoir présenté en avant-première son spectacle en direct dans 159 cinémas depuis l’Olympia, faisant rire à l’unisson 34 000 spectateurs, Anne Roumanoff s’installe à l’Alhambra et nous offre son dixième one-woman show composé de 16 sketchs révélant un regard sans concession sur la société qui nous entoure.

anne roumanoff

C’est drôle, politiquement incorrect mais diablement efficace. Voilà la meilleure formule pour décrire le dernier spectacle d’Anne Roumanoff intitulé Aimons-nous les uns les autres. On y rit de bon cœur sur des thèmes graves comme le couple, la famille, les quadra, la crise, le travail, le pessimisme français, le mariage gay, l’éducation… L’écriture est vive et piquante, juste et sensible, sans jamais être dans la provocation ou l’agressivité. Et pourtant, tout le monde en prend pour son grade, à commencer par sa mère qui ne sait formuler d’autres phrases que celles suivant le schéma sujet-verbe-critique et jusqu’à Nadine Morano qui  est lorraine et qui « a tout d’une quiche ».

La messe avec les intentions de prières, les chants en chorale « ave Pôle emploi » et les lectures de Saint-Pôle Emploi aux Galériens sur le thème du travail est jouissive, dans une sonorisation et résonnance d’église. « Allez dans la paix du fisc », on ne saurait résister à cet envoi. Tout comme la fable politique qui conclue le spectacle avec les animaux de la ferme : c’est savoureux et extrêmement pertinent. « Tu rajoutes des plumes à un poulet, ça n’en fait pas un aigle ». Personne ne sera épargné et on rit allègrement  de cette fable rafraichissante. Des exemples parmi d’autres car impossible de tout citer sans dévoiler l’intégralité de ce nouveau spectacle d’une grande intelligence comique. Retenons tout de même quelques phrases déjà cultes comme celle de Françoise qui nous fait part de ses problèmes sexuels en déprimant devant un film porno : « quand on voit ce qui existe et ce qu’on a ». Le sketch sur le parcours du combattant administratif est tellement véridique que l’on rit de se reconnaître dans notre organisation française parfois défectueuse.

Anne Roumanoff nous prouve une fois de plus que l’on peut rire de tout dans le respect de chacun. La France est un pays où peut s’exercer la démocratie et la liberté d’expression. Même si les récents événements ont permis à tous de prendre conscience du mot liberté présent dans notre devise nationale, ce spectacle, sans renier sa part de rire et d’émotion, nous amène à la réflexion. De nombreux clins d’œil à l’actualité brûlante liée aux attentats sont distillés dans le spectacle comme cet enfant qui demande à sa mère pourquoi on peut mourir quand on fait des dessins, qu’on écoute de la musique ou que l’on mange au restaurant et qui s’inquiète de voir sa mère pleurer parce qu’elle est inquiète ou encore la référence à l’état d’urgence de façon légère mais réfléchie où « en France, on a des attentats, on déclenche l’état d’urgence mais en Belgique, ils ont d’abord fait l’état d’urgence comme ça ils ont pas eu d’attentats. Parce que les terroristes, ils ont beau être belges, ils sont pas totalement cons, ils regardent la télé ». Nous aurions presque envie d’appliquer les trois points de la méthode de libération des toxines prodiguée par la coach en bien-être à savoir dire « je te comprends » puis « je te pardonne » et enfin « je t’aime » mais cela ne garantit nullement que notre monde tournera mieux puisque « certains de loin ont l’air d’être heureux mais ils sont loin d’être heureux ».

Elle est drôle et émouvante aux larmes alors un conseil : courez-y et aimez-vous les uns les autres dans l’utopie la plus parfaite car un peu de légèreté, d’optimisme et de tolérance ne peut que faire du bien dans ce monde de brutes. Mais surtout, continuez d’aller aux spectacles. Et si « il ne suffit pas d’écrire avec un stylo à paillettes pour être brillante », Anne Roumanoff se montre pertinente dans ses propos et fait preuve d’une écriture fine et incisive dont nous avons bien besoin en cette période de morosité ambiante.

Publicités

Une réflexion sur “Aimons-nous les uns les autres : de l’utopie au rire

  1. A voir et à revoir j ai beaucoup ri avec mon mari et vraiment ça nous a fait un bon bol d air frais merci Anne roumanoff pour ce moment de réel plaisir en votre compagnie ☺

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s