Shakespeare in the woods : promenons-nous dans les sentiers de l’amour

Philippe Calvario s’entoure de dix-huit acteurs issus du Cours Florent pour proposer un spectacle autour de l’écriture de Shakespeare, où se mêlent une multitude de personnages pris dans les tourments du sentiment amoureux. Après avoir été créée aux Bouffes du Nord en novembre 2014, la pièce ouvre la saison 15-16 du Théâtre du Beauvaisis.

Desdémone est une mariée triste. Alors que les invités entrent en scène et se saluent, la fête bat son plein et la jeune épouse ne semble pas à l’aise. C’est qu’elle est amoureuse de Roméo depuis sa plus tendre enfance mais pas de celui qu’elle vient d’épouser. Sa belle-fille Hermia, promise à Démétrius par son père Othello, est dans la même situation et aime en secret Lysandre. Les deux jeunes femmes projettent de s’enfuir dans les bois avec leur prétendant le lendemain, tout comme Rosalin, la nièce du marié qui, chassée à cause de la trahison de son père veut se déguiser en homme et fuir avec sa cousine dans les bois, devenant le refuge des amoureux. Mais c’était sans compter sur la détermination d’Obéron de se venger de sa femme Titania et qui va semer le trouble dans les cœurs de chacun, faisant et défaisant les couples au gré de ses élixirs.

Xavier Croci, qui a longtemps dirigé le Forum du Blanc-Mesnil, ouvre sa première saison (programmée par son successeur Martine Legrand) en tant que directeur du Théâtre du Beauvaisis avec une œuvre jeune et dynamique, mêlant harmonieusement théâtre, musique et chant. La scène du Théâtre du Beauvaisis, recouverte d’une terre brune, devient la forêt enchantée de l’amour, épurée et délicieusement anachronique, dans laquelle évoluent les personnages de Shakespeare. De la mobylette qui pétarade dans les bois, aux tenues fluo en passant par des musiques comme Sweet Dreams d’Eurythmics, Amoureuse de Véronique Sanson, Hallelujah de Léonard Cohen ou encore Tout est si calme d’Alex Beaupain (qui figure sur la bande-originale du film Les biens-aimés avec Ludivine Sagnier et Catherine Deneuve), Shakespeare in the woods est un savoureux mélange de bonnes idées, soulignant la maîtrise parfaite de Philippe Calvario qui signe une mise en scène incroyable et d’une intelligence remarquable. Chaque personnage se voit remettre des scènes marquantes comme lorsque Hermia repousse avec détermination son prétendant, dans une sorte de chorégraphie où les désirs s’expriment pleinement. La mise en abyme proposée lorsque les personnages sont touchés par l’élixir d’amour est justifiée et permet de se souvenir que le théâtre est le lieu des illusions, tout comme cette forêt est celui de l’amour où « tout ceci n’était qu’un songe ». Chacun des dix-huit comédiens (dont certains se montrent d’excellents musiciens-chanteurs) nous offre l’étendue d’un talent de troupe et il serait injuste de n’en citer qu’une partie tant la réussite de ce spectacle n’aurait pu être complète sans leur présence individuelle au sein du groupe : de Desdémone/Juliette qui se meurt d’amour à Rosalinde qui écrit son amour à la craie sur le mur en fond de scène, comme on grave des cœurs sur les troncs des arbres, en passant par celui affublé d’une tête d’âne dont s’éprend Titania ou le messager maladroit tout de noir vêtu dont les vestes de couleur flashy apportait un grain de folie supplémentaire,  ils sont tous formidables de sincérité et de sensibilité, et leurs interprètes transcrivent à merveille les tourments de ces êtres passionnés et emplis d’amour.

Si le Songe d’une nuit d’été se positionne comme fil conducteur de cette adaptation, le public assiste, séduit, à une relecture d’Othello, de Roméo et Juliette et de Comme il vous plaira dont l’épilogue collégial s’en inspire directement. Dans ces quatre pièces, les personnages s’aiment mais ne se le disent pas. Les spectateurs eux, ressortent de Shakespeare in the woods avec l’envie de partager beaucoup d’amour et de dire que ce soir-là, un spectacle enchanteur a soufflé sur les mots du dramaturge grâce au talent de jeunes et dynamiques acteurs.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s