Saison 15-16 du Théâtre du Beauvaisis : programmation riche et variée

C’est le 19 juin dernier que Martine Legrand a présenté la nouvelle saison du Théâtre du Beauvaisis qui, pour la seconde année consécutive, se déroulera Hors les murs et accueillera une nouvelle équipe de direction. Retour sur une saison qui devrait être enrichissante.

01.215.03_AFFICHE-2015-16_BUS_04

Après 13 années à la tête du Théâtre du Beauvaisis, Martine Legrand quitte l’Oise pour Albi et se voit remettre la médaille de la ville de Beauvais par l’adjoint à la culture en ce 19 juin 2015. Avant de passer le flambeau le 1er septembre prochain à Xavier Croci, venu tout droit du Forum du Blanc-Mesnil, c’est avec beaucoup d’émotions qu’elle a présenté la saison à venir, une nouvelle fois très éclectique. Philippe Calvario et son équipe sont venus parler de Shakespeare in the woods, septième collaboration avec le Théâtre du Beauvaisis et œuvre d’ouverture de la saison 15-16 qui réunira 17 comédiens sur scène, la plupart issus du Cours Florent. Ce spectacle à part entière sera également retravaillé en résidence. Il s’agit d’un théâtre de troupe qui avait l’envie de repartir à la source des textes. La musique, créée en atelier, aura une part importante et Le songe d’une nuit d’été constituera le fil conducteur de cette production au croisement de plusieurs pièces. Il ne faut jurer de rien (mis en scène par Yves Beaunesne)  et Le Dibbouk ou entre deux mondes de Benjamin Lazar seront également présenté sur la scène beauvaisienne, tout comme Le système Ribadier mis en scène par Jean-Philippe Vidal. Christian Benedetti, compagnon du Théâtre du Beauvaisis, montera une Cerisaie rythmée et teintée d’espoir puis ce sont Les Fous à réAction qui partiront en itinérance avec Nous qui avons encore vingt-cinq ans…, un spectacle vu à Avignon en 2013, véritable théâtre de la décentralisation qui s’adresse à tous lors d’une fête d’anniversaire qui place le spectateur dans la position d’acteur. Après Yerma la saison passée, le premier volet de la trilogie de Federico Garcia Lorca, Noces de sang, mis en scène par Daniel San Pedro, est très attendu en mars 2016, tout comme La trilogie du revoir de Benjamin Porée, sélection officielle du Festival d’Avignon 2015. Il ne faudra pas non plus rater le Festival Départemental Oise en scène avec l’Avare en ouverture, dans une mise en scène signée Ludovic Lagarde. Le spectacle est produit par la Comédie de Reims dont une classe participe à la représentation de cette pièce en prose d’une actualité saisissante, portée par une distribution jeune et dynamique. Olivier Saccomano, de retour du Festival d’Avignon, où il a créé Soudain la nuit, viendra également nous présenter sa pièce d’étude qui fait partie d’un cycle de trois ans sur la façon dont l’Europe se construit avant de céder la place à MAM dont Human Swing Box est un clin d’œil à la Human Beat-Box (l’art de la batterie avec sa bouche).

Côté musique, le Festival Pianoscope, qui fête sa dixième édition, nous réserve dix concerts en octobre et nous donnera à écouter Haendel, Chopin, Brahms, Schumann et tant d’autres dans la fraîcheur automnale isarienne. La chanteuse jazz Cécile Mc Lorin Salvant, victoire de la musique 2014, viendra également donner un concert en janvier 2016 avant de laisser la scène à Jimmy Johnson en mars dans le cadre du Festival Le Blues autour du zinc.

Le jeune public ne sera pas en reste avec L’ogrelet, récit initiatique d’un petit garçon qui rêve d’être accepté par les autres et par lui-même tel qu’il est, c’est-à-dire fils d’un ogre, Miravella, relecture poétique, dansée et chorégraphiée, d’un documentaire animalier ou encore Prends-en de la graine, spectacle de poules savantes (version jeune public ou tout public, au choix).

En danse, notons le spectacle profond et bouleversant, co-produit par le Centquatre, Au temps où les arabes dansaient…, une chorégraphie de Radhouane El Meddeb pour des hommes, sur une musique orientale, véritable hommage au cinéma égyptien. Cendrillon, version Thierry Malandain, fera rêver les spectateurs avant de découvrir le cadeau d’adieu que Martine Legrand nous réserve : la venue de L.A. Dance Project par la compagnie de Benjamin Millepied, le nouveau directeur de la danse de l’Opéra national de Paris. Sa danse, qui allie classique et création actuelle, devrait conquérir le cœur du public.

La programmation complète du Théâtre du Beauvaisis est à retrouver sur son site internet : www.theatredubeauvaisis.com. Il rouvrira ses portes le 1er septembre 2016 et les abonnements se poursuivent tout au long de la saison. Souhaitons à Xavier Croci la bienvenue et un premier mandat riche en rencontres, spectacles et découvertes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s