Wild : une fabuleuse introspection pour un film sublime et bouleversant

Inspiré d’une histoire vraie, ce Into the Wild au féminin nous entraîne dans un road-trip introspectif dans lequel Reese Witherspoon, nommée aux Oscar 2015, est rayonnante et nous montre une fois de plus toute l’étendue de son talent en portant à elle seule le film sur ses épaules, tel ce sac à dos, compagnon de route de son voyage intérieur.

affiche wild

Jean-Marc Vallée nous plonge dans un périple rédempteur et solitaire d’une jeune femme en perdition qui cherche à se reconstruire. Cheryl Strayed, décide sur un coup de tête de faire le PCT (Pacific Crest Trail), un long treck qui relie le Mexique au Canada sur quelques 1700 miles avec pour seule compagnie le souvenir de sa défunte mère. Ce défi personnel s’apparente à un chemin de croix qui ne pourra se faire sans douleur afin d’accéder à l’acceptation de soi et à la plénitude. L’expédition est puissante et magnifique. Les scènes sont tournées avec une caméra intrusive et expressive qui nous rend le témoin privilégié de cette expédition salvatrice.

Le film propose de nombreux flash-back et alterne errance et passé afin de nous expliquer les raisons de ce voyage intérieur. Tourné à la manière d’un journal intime, Wild est un film lumineux aux paysages fabuleux à couper le souffle. Cheryl part à la recherche d’elle-même et entraîne avec elle les spectateurs, d’abord dans sa déchéance puis dans sa volonté. A la mort de sa mère, elle a brûlé sa vie, anéantie par le chagrin, en se lançant corps et âme dans une forme de deuil destructrice (sexe, drogue…). Mais pourtant, sa volonté et sa force de caractère seront intactes tout au long des 94 jours de son treck, malgré les difficultés et les doutes. Partie à la recherche de ce qu’il y a de meilleur en elle, Cheryl va se surpasser et explorer chaque recoin de sa tête pour enfin rejoindre un carrefour de sa vie. Perdue dans la jungle de son deuil, elle va s’en sortir seule, grâce à sa force de caractère héritée de sa mère, interprétée par Laura Dern, toute en douceur et en optimisme.

Qui n’a jamais voulu effacer l’ardoise parfois bien chargée et faire le point sur soi-même après s’être perdu dans les méandres de la vie ? C’est ce que ce film propose, sans forcément aller dans une décision à l’extrême telle que celle présentée ici. Néanmoins, l’envie nous titille de prendre le sac à dos et de partir à la rencontre de nous-mêmes. Reese Witherspoon est sublime dans ce rôle touchant et sensible, à la fois forte et faible, fragile et déterminée. Elle est émouvante dans sa vulnérabilité et donne à son personnage beaucoup de profondeur et de justesse. Sur une bande-son percutante et envoûtante, avec pour fil rouge El Condor Pasa de Simon and Garfunkel, Jean-Marc Vallée nous livre ici un message plein d’espoir et une fabuleuse introspection de l’être humain déchu mais en devenir de se bonifier.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s