Toute première fois : Pio Marmaï bouleverse l’ordre établi

Pour leur premier long-métrage, Noémie Saglio et Maxime Govare nous offre un film plein de charme à l’humour bien dosé.

 affiche du film

Jérémie vit en couple avec Antoine et ils projettent de se marier. C’est sans compter sur l’arrivée de la pétillante Adna, ravissante suédoise avec qui Jérémie vient de passer la nuit. Rongé par la culpabilité, il finit par tout avouer à Charles, son ami d’enfance et associé. Sans trop savoir pourquoi, il n’arrive pas à dire à Adna qu’il est gay et encore moins à Antoine qu’il l’a trompé avec une femme et va se laisser porter par cette confusion des sentiments jusqu’à se connaître lui-même et écouter la voix de son cœur.

De cette comédie rafraichissante et délicieuse émerge des répliques qui font mouche. L’homosexualité est traitée avec finesse et prouve qu’en amour, comme en amitié, rien n’est définitif. « Le futur, on ne peut pas le prévoir » et c’est bien cela que Jérémie va apprendre. Ici, la recherche d’identité, la quête de soi passe par l’identité sexuelle, mais pas seulement. Le protagoniste se cherche, se perd, se trouve, s’assume. Une seule personne peut tout chambouler, même les convictions les plus profondes.  Et c’est ce que ce film propose : passer du rire au questionnement en bousculant les certitudes. C’est un vrai bonheur malgré quelques moments creux dans la dernière partie, vite oubliés par un ensemble frais, touchant et drôle (la scène de l’amphithéâtre où Charles se déclare à Clémence sur la chanson J’ai encore rêvé d’elle du groupe Il était une fois est tout simplement savoureuse !).

Pio Marmaï (Jérémie), valeur montante du cinéma français, amène son personnage à aller au bout de lui-même, envers et contre l’opinion des autres. Son jeu est subtil dans ce « coming in » irrésistible. Il est désarmant de naturel et de finesse, force la bienveillance par une interprétation très fine. Franck Gastambide (Charles) est touchant de maladresse et sera également dans le viseur de la valse des certitudes. Mention spéciale à Camille Cottin (Clémence) en adorable peste à l’humour enchanteur.

Malgré un choix final surprenant qui peut en dérouter certains, ce film présente une jolie histoire, originale, à l’humour bien dosé où les dialogues sont incisifs et les personnages attachants. Il est servi par un casting dynamique, jeune et sexy. Un bon feel-good movie qui ravira les sentimentalistes que nous sommes.C

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s