Le talent de mes amis : croire en ses rêves ou vivre sa vie ?

Après la pastille humoristique de Canal + « La revue de presse de Catherine et Liliane » qui clôture brillamment le Petit Journal de Yann Barthès, Alex Lutz et Bruno Sanches se sont retrouvés pour travailler ensemble sur le scénario de ce long-métrage qui ne manque pas de bonnes idées mais ne parvient pas à transformer l’essai malgré la tendresse et la poésie qui s’en dégage.

Affiche du film

Pour son premier film, Alex Lutz, acteur humoriste, a choisi le genre de la comédie. Difficile dans ce registre de se démarquer, à moins de trouver LA bonne idée. Malheureusement, le réalisateur novice peine à mener son film jusqu’au bout, avec un scénario original mais trop lisse, servi par une bande-son très années 80 signée Vinent Blanchard et Romain Creffe. Comme souvent dans les premières réalisations, Alex Lutz veut tout dire et tout montrer en un seul film et cela ne fonctionne pas malgré une belle fraîcheur d’ensemble. Au départ, il raconte une relation d’amitié entre deux hommes, rapidement perturbés par l’arrivée d’un troisième. Alex a 35 ans, travaille avec Jeff, son meilleur ami, pour des produits financiers spécialisés en assurance-vie. En somme, il a une petite vie bien rangée, cultivant son côté puéril et n’ayant pour seul souci que celui de pas avoir d’enfant, sa femme rencontrant des difficultés à concevoir. Un jour, par hasard, à une conférence, il retrouve Thibaud, un ami d’enfance devenu coach de vie. Peu à peu Alex va s’éloigner de sa réalité pour espérer vivre ses rêves, quitte à se couper de tout ce qui fait ce qu’il est aujourd’hui pour finalement s’apercevoir que peu importe que l’on ne possède aucun talent tant que cela ne nous empêche pas d’être heureux. Il agit par mimétisme. Il admire cet ami qui a réussi là où il souhaiterait réussir lui aussi. Mais n’est-ce pas caractéristique de notre société d’admirer ses amis et de tenter de tirer le meilleur de cet état admiratif pour se réaliser davantage, non par jalousie mais par valorisation et partage ?

Le film parle également de réussite sociale et d’un mal-être générationnel, un sujet dans l’air du temps comme l’explique le réalisateur : « On vit dans une obsession de la réussite. Et forcément, par ricochet, ces objectifs inatteignables peuvent pousser certains à trouver leur existence assez terne. ».  Il n’a pas tort et il y avait matière à proposer quelque chose de convenable sans abuser d’un humour potache un peu lourd. A cela s’ajoute des thématiques comme le rêve de réussir sa vie, le renoncement ou l’accomplissement, l’idée que l’on a du bonheur ou encore l’apport personnel des relations amicales. Il pose également des questions fort intéressantes tel que : Réussir sa carrière rend-il heureux ? Mieux vaut-il réussir sa carrière ou réaliser ses rêves ? Une ambition simple est-elle plus enviable qu’un rêve de reconnaissance ? Est-il préférable d’inclure son talent dans sa vie ou de faire de son talent sa vie quitte à tout gâcher ? Au final, beaucoup de sujets abordés et un registre hésitant entre comédie et questionnement.  Les bonnes idées ne demandent qu’à être exploitées plus en profondeur afin d’éviter le piège d’un film bancal, brouillon, plat et fade qui semble très inégal sur la longueur.

Les rôles féminins (Anne Marivin et Audrey Lamy, parfaites en femmes blessées mais bienveillantes) apportent cependant un peu de stabilité mais l’ensemble reste vraiment trop en surface pour sauver le film. Les retrouvailles au funérarium comme pour dire adieu aux rêves et au monde de l’enfance avant de plonger dans une vie de responsabilités, plus posée et plus adulte manque de conviction et laisse surtout un goût de talent gâché. Malgré un bel hommage à Claude Sautet avec quelques références bien choisies à César et Rosalie, ainsi qu’une inspiration très nette du cinéma de Jacques Tati comme le prouvent les quelques chorégraphies inattendues mais peu crédibles glissées dans certaines scènes, Le talent de mes amis, déçoit par son caractère brouillon et ne parvient pas à convaincre le spectateur. C’est bien dommage vu le potentiel de départ.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s