La tête haute : la claque magistrale d’une belle leçon de vie

Le film d’Emmanuelle Bercot était très attendu dans les salles mais surtout en ouverture Hors Compétition de la 68ème édition du Festival de Cannes. Thierry Frémaux, délégué général du Festival affirme la volonté de « commencer avec une œuvre différente, forte et émouvante ». Objectif atteint pour ce film d’auteur.

 affiche du film

Aussi poignant que Mommy de Xavier Dolan et aussi percutant que le Polisse de Maïwenn, La Tête Haute a tout pour être un grand film. A l’aide du très beau travail d’écriture mené avec Marcia Roman la coscénariste, Emmanuelle Bercot signe un quasi chef-d’œuvre captivant. Bien sûr le film comporte quelques défauts mais qu’importe, c’est vif, brut, dur et surtout plein d’espoir. La réalisation est soignée dans ce long-métrage profondément humain qui rappelle avec une grande justesse l’importance de l’éducation à travers un drame social poignant, intense et touchant. Le film retrace le parcours éducatif de Malony, depuis ses 6 ans et jusqu’à sa majorité avec le redoutable passage à l’âge adulte. La vraie bonne idée est de se placer du côté judiciaire dans ce sujet délicat qui met en avant la difficulté de saisir les chances offertes par la vie.

L’histoire  s’ouvre dans le bureau de la juge pour enfants où il est abandonné et se clôturera par l’extérieur du Palais de Justice, signe d’une ouverture vers de meilleurs horizons. Malony est un enfant qui très vite refuse les conventions et l’autorité. Davantage rebelle, il glisse doucement dans la délinquance à l’âge des premiers émois. Mais au lieu de porter un jugement moralisateur, le film permet de comprendre à la fois ses fêlures et sa souffrance, en le rendant attachant aux yeux de chacun. Cet enfant en mal d’amour est négligé par Séverine, une mère bien trop jeune, immature et dépassée par sa famille. Le jeune Rod Paradot, la grande révélation de cette production, fait preuve d’une incroyable justesse. Son interprétation magistrale nous submerge d’émotions. Autour de lui, deux adultes se battent inlassablement pour le sauver : sa juge et son éducateur. La première, Florence Blaque, est incarnée par Catherine Deneuve, bluffante et impressionnante en magistrat, personnage pivot dont la solide prestation confère au film une grande profondeur doublée d’une remarquable intelligence. Yann, l’éducateur, prend vie sous les traits de Benoît Magimel qui confirme ici son immense talent avec un jeu totalement épuré et d’une maturité incroyable. Que de chemin parcouru depuis ses débuts dans La vie est un long fleuve tranquille d’Etienne Chatillez ! Sa performance impeccable lui offre là l’un de ses plus beaux rôles. Notons également la présence de Sara Forestier en mère désabusée, très crédible, dont l’émotion brute nous déstabilise. Une attention toute particulière a été portée sur l’échange des regards entre ces quatre personnages rendant leurs scènes profondément humanistes, tendres et émouvantes, comme au moment de la dernière entrevue entre Malony et sa juge où nous pouvons lire toute la reconnaissance dans les yeux du jeune adulte.

Malgré un dénouement quelque peu maladroit, Emmanuelle Bercot peut garder la tête haute avec ce film à la fois documentaire, fiction et romance, mais terriblement authentique qui nous amène bien souvent au bord des larmes. Cette claque d’une grande justesse bénéficie d’une belle force scénaristique. Loin des clichés attendus, la bande-son signée Eric Neveux nous transporte grâce aux morceaux classiques de Bach, Schubert ou encore Arvo Pärt utilisés à bon escient qui participent à la maîtrise très réussie d’un film poignant, vrai et bouleversant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s