Girls only : parcours régressif et réjouissant d’une trentenaire

Girls only, la romance de Lynn Shelton, permet à Keira Knightley de retrouver ses 16 ans en s’invitant dans la vie d’une lycéenne, campée avec brio par Chloë Grace Moretz, et de son père divorcée et un peu dépassé. Une comédie romantique rafraichissante.

Affiche du film

Megan travaille pour le cabinet de son père, conseiller financier. Mais à l’aube de ses trente ans, elle n’arrive pas à se fixer sur son avenir, aussi bien professionnel que personnel. En décalage perpétuel avec ses amies qu’elle voit se ranger, se marier et faire des enfants, Meg a gardé son âme d’enfant et aime rire, faire des blagues, s’amuser avec une insouciance juvénile enviable. Alors que son petit ami la demande en mariage le jour où elle découvre l’adultère de son père, elle s’enfuit. Sympathisant avec des jeunes rencontrés au hasard, elle se voit offrir la possibilité de se faire une idée de son avenir. Prétextant un séminaire de développement personnel, elle s’installe chez Annika, une lycéenne vivant seule avec son père, un avocat. Alors qu’elle a besoin de faire le point sur sa vie en s’accordant une semaine de réflexion dans la chambre d’ado de sa nouvelle amie, Megan va progressivement faire le saut dans le grand bain de la vie adulte, sans suivre le chemin tout tracé qui s’offrait à elle.

Qui n’a pas rêvé de retrouver ses 16 ans, de retomber dans l’adolescence le temps d’une semaine ? L’adolescence, cette période où l’on rêve d’être adulte… mais lorsque nous sommes sur le point de basculer dans ce monde de responsabilités, nous hésitons, et ne voulons surtout pas franchir le cap. C’est ce qui arrive à Megan dans cette comédie romantique sur le passage à l’âge adulte. Quelle solution se présente à nous lorsqu’on se sent mal dans sa peau et dans son âge, lorsqu’on se sent dévalorisée d’avoir suivi un autre chemin que celui emprunté par nos amies ? Megan subit de plein fouet un futur conditionnement social mais refuse que la norme lui dicte sa vie. Car il est évident que dans notre société actuelle, une trentenaire ne peut être qu’une femme mariée, mère de famille épanouie dans un travail convenable. Le film provoque tout un questionnement sur ce moment de flottement que représente cette période transitoire aux allures de zone de confort, rassurante et protectrice. L’ensemble est fluide bien qu’assez prévisible et d’une grande fraîcheur. Il parle à toute une génération d’adulescents qui ne parvient pas à trouver une place dans la société et dans le monde anxiogène des adultes, cherchant uniquement ses propres aspirations en marge d’un conformisme envahissant.

La jeune femme hésitante en quête de repères c’est la pétillante Keira Knightley, formidable en adolescente presque trentenaire. A la fois tendre et sincère, son personnage est touchant et attachant dans sa fuite des responsabilités. L’occasion est donnée aux spectateurs de se remettre en question et de faire le point avec le personnage de Megan. Il encourage fortement à profiter pleinement de la vie avant de s’engager. Bien plus profond que la bande-annonce ne le laissait suggérer, le propos de Girls Only est intelligent en proposant une belle réflexion sur la maturité. Très girly, le film propose une vision positive et particulièrement juste de la difficulté de grandir et devenir adulte, de trouver et suivre sa voie en endossant le poids des responsabilités à l’heure où les démarches d’engagement se multiplient, tout en étant à la fois drôle et touchant.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s