Cinquante nuances de Grey : version édulcorée mais réussie du phénomène mondial

Si vous avez lu la trilogie Fifty Shades d’EL James, vendue à plus de 100 millions d’exemplaires, vous risquez fortement d’être déçu de la version cinématographique. Et pourtant…

affiche

Décris comme l’un des films le plus attendu de l’année 2015, Cinquante nuances de Grey a fait beaucoup parlé de lui lors de sa sortie en salle dans l’hexagone à l’aube de la Saint-Valentin aussi qu’à la Berlinale en ce 12 février 2015 où il était présenté en avant-première. Un teaser alléchant et une bande-son convaincante, il n’en fallait pas plus pour attirer du monde dans les salles obscures, émoustillé par la fête des amoureux.

Dans l’ensemble, le film tient ses promesses et semble fidèle au tome 1 des aventures d’Anastasia Steele et Christian Grey, du moins dans les grandes lignes. Beaucoup moins excitant que le roman érotique, il n’en demeure pas moins un bon long métrage. De l’interview drôle et enjouée de Christian par Ana, jeune fille timide, naïve et embarrassée à la scène finale de la séparation en passant par le tour en hélicoptère, la découverte de la salle de jeux, le contrat, la remise de diplôme, l’initiation au sadomasochisme, la réalisatrice Sam Taylor-Johnson présente une adaptation très nuancée mais tout à fait recevable. En revanche, les fans se désoleront de l’absence de la cultissime scène des huitres et du langage cru du séduisant milliardaire : mis à part la célèbre phrase « je ne fais pas l’amour, je baise, violemment. », Christian ressemble verbalement à n’importe quel prince charmant refusant de s’engager et trouvant dans le sexe un moyen d’expression, telle une catharsis des démons du passé par le biais de vices présentés comme un simple choix de vie.

Pour incarner celui qui a fait fantasmer bon nombre de lectrices, la réalisatrice a misé sur le sublime acteur irlandais Jamie Dornan. Plus lisse que dans le roman, il incarne un milliardaire moins autoritaire et moins obsédé que ce que l’on aurait pu être en droit d’attendre. Néanmoins, sa plastique avantageuse et son regard de braise devraient ravir la gente féminine, certainement frustrée de n’apercevoir que son impeccable fessier au détour d’une scène torride. Ana, quant à elle, prend vie sous les traits de la discrète Dakota Johnson, fille de Mélanie Griffith. Plus sûre d’elle-même et débarrassée de sa déesse intérieure omniprésente dans le roman d’EL James, elle est ravissante, naturelle et parfaite dans le rôle de l’initiée. Dommage qu’il manque ce qu’elle ressent mais dotée d’un solide sens de l’humour, Anastasia Steele incarne la vraie romantique dotée d’une sensibilité à fleur de peau. Les lignes de l’actrice sont dévoilées dans des scènes d’amour très naturelles et particulièrement bien tournées, sans tomber dans le voyeurisme ou le pornographique de bas étage.

Doté d’une bande-son exceptionnelle (dont la voix sensuelle et suave de Beyoncé qui propose une version adoucie de Crazy in love), Cinquante nuances de Grey montre une relation plus psychologique que sexuelle, s’affranchissant des scènes trash du roman. Néanmoins, l’histoire est belle et on se laisse porter par cette romance passionnelle, utopique et fantasmée. Cette love story, moins sulfureuse que sa version littéraire, est envoûtante, plaisante mais frustrante ! En effet, le film, tout comme le tome 1, se termine sur un no happy end, une scène très tranchée qui nous laisse sur notre faim, languissant de voir la suite de cette trilogie sur grand écran. En attendant, vous pouvez toujours vous replonger dans les mots savoureux d’EL James et vous laisser entraîner dans cette passion dévorante où il est bon de lâcher prise et de s’abandonner le temps d’une lecture au coin du feu.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s