Le groupe Kyo enflamme le Tigre !

Les isariens attendaient avec impatience leur retour et c’est dans la désormais mythique salle du Tigre de Margny-les-Compiègne que Kyo a présenté « Le Graal Tour », avant deux autres dates en Picardie.

Après une pause de près de dix ans, le groupe français Kyo revient en force pour présenter leur nouvel album « L’équilibre », plus rock et électro que les précédents. Mais c’est véritablement une ambiance nostalgique qui s’est emparée du Tigre ! Rapide petit tour de salle : plus de la moitié des spectateurs suit le groupe phénomène depuis leurs débuts à l’aube des années 2000… Reste quelques petits nouveaux venus dans la Kyosphère mais ils sont loin de représenter la majorité. Et cela, Kyo l’a bien compris au regard de la programmation des morceaux présentés sur scène, alternant nouvel album (donc le dynamique Graal) et les deux opus précédents (avec des thèmes forts comme la destruction par la jalousie de Je saigne encore, le mal-être de Je cours ou le malaise d’un jeune interprète dans Qui je suis) et trouvant le moyen de glisser un magnifique et très prometteur morceau inédit, sobrement intitulé Trois lettres.

Malgré quelques soucis de qualité acoustique, Benoit Poher et ses acolytes ont assuré le show de près de deux heures en toute simplicité. Le leader du groupe semblait, de par sa posture,  se nourrir de toute l’énergie du public à chaque chanson et transmettre toute sa reconnaissance à la foule venue les applaudir tandis que le très discret Florian Dubos (guitariste et choriste) affirmait sa présence en douceur sur des morceaux solo. Demeure une impression de partage constant entre la scène et la salle. Les ambiances se sont succédées sans jamais s’imposer par la force : l’alternance de ballades dans des lumières froides (la dominance du bleu était tout simplement magnifique) et de morceaux plus chaleureux accompagnés d’éclairages rouges et orangés a enchanté l’assistance qui a repris en chœur tous les plus grands succès du groupe emblématique de la dernière décennie.

Les Kyo ont su avancer avec le temps comme  en témoigne l’émouvant moment où Benoît offre à Florian une ambiance cosy à l’aide des lumières des téléphones du public (« les briquets ça le fait plus maintenant, et tout le monde a arrêté de fumer ») pendant qu’il s’efface pour lui laisser un moment de grâce sur La route. La reprise d’une « dernière danse » par l’assemblée comme une seule et même voix clôture ce superbe Graal Tour, à moins que Kyo ne réussisse encore à surprendre ses auditeurs avec pas moins de deux rappels couronnés de succès en répondant aux attentes des gens venus en nombre prendre une bonne dose de nostalgie et emprunter Le chemin avec eux.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s