Je préfère qu’on reste amis : aimer et être aimé pour le meilleur du rire

Ecrite spécialement pour Michèle Bernier par Laurent Ruquier,  qui signe là sa septième œuvre en tant qu’auteur de théâtre, Je préfère qu’on reste amis est une pièce très drôle qui connaît un immense succès depuis sa création. Retour sur cette pièce au triomphe bien mérité et vue en tournée, diffusée ce soir sur France 2, en direct du mythique Théâtre Antoine (situé dans le Xème arrondissement de Paris) que le présentateur d’On n’est pas couché dirige depuis 2011.

Affiche du spectacle

Claudine est fleuriste à « La Crevette Rose » mais surtout elle est secrètement amoureuse depuis cinq ans de Valentin, son meilleur ami. Alors qu’elle se décide enfin, un soir, à lui déclarer sa flamme au milieu des fleurs (superbe décor de Pierre-François Limbosch), son pote, qui ne partage pas ses sentiments, lui rétorque sans appel qu’il préfère qu’ils restent amis. Qui n’a jamais entendu cette phrase universelle quelque peu humiliante mettant fin à tout espoir de romance ? En tous cas, une chose est sûre, Claudine ne veut plus l’entendre. Alors que la soirée vire au règlement de comptes entre révélations et aveux, les confidences échangées en appelant d’autres, ils vont très vite s’apercevoir qu’ils ne se connaissent pas si bien. Offrir l’amour à qui aspire l’amitié, c’est donner du pain à celui qui a soif et cette célibataire « fleur bleue » va vite s’en apercevoir même si Valentin cache bien son jeu et multipliera les déclarations maladroites jusqu’au happy end tant attendu.

Dans une mise en scène de Marie-Pascale Osterrieth, les jeux de mots fusent de toutes parts au sein de cette irrésistible comédie romantique qui doit beaucoup à ses deux excellents interprètes : Michèle Bernier et Frédéric Diefenthal. Elle, parfaite dans le rôle de la fille enjouée et rigolote que les hommes ne peuvent voir autrement qu’en bonne copine et lui criant de naturel et de vérité en grand séducteur dont les secrets l’envahissent et nous touche sincèrement. Leur duo fonctionne à merveille et transpire la complicité. Néanmoins, Michèle Bernier brûle les planches quitte à éclipser légèrement son partenaire que l’on a pu admirer dans la série Clara Sheller où son rôle de bon ami homosexuel a marqué bon nombre d’esprits. A la fois attachante et généreuse, la complice de longue date de Mimie Mathy joue de façon irrésistible une pétillante romantique, rêveuse au grand amour et fleur bleue faisant mouche à chacune de ses répliques dont les séquences chantées sur les plus grands succès de la chanson française accentuent son romantisme.

Même si l’ensemble manque légèrement d’originalité, Laurent Ruquier signe une pièce très bien écrite, aux dialogues croustillants où les interprètes excellent dans un humour certes pas toujours très fin mais si caractéristique de son auteur. La pièce, au rythme soutenu, traite des rapports entre les hommes et les femmes, de l’amour, de l’amitié… de tous ces thèmes universels qui rendent l’identification du spectateur si forte, contribuant ainsi à ce succès populaire. Du rire, de l’émotion et tellement d’amour à partager, offrir et recevoir. Nul doute que le public, très réactif, sera encore nombreux à venir les applaudir en tournée. En attendant, on préfère rester amis avec Michèle Bernier et Frédéric Diefenthal qui nous le rendent bien.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s