Gala d’adieu de Nicolas Le Riche

Rediffusée hier soir sur Arte, la soirée spéciale Nicolas Le Riche, donnée à l’Opéra Garnier pour ses adieux étaient l’occasion d’en apprendre davantage sur le danseur étoile et de revoir ses plus grands rôles.

Après plus de trente ans à l’Opéra de Paris, Nicolas le Riche a annoncé son départ à 42 ans. A 7 ans, il commence la danse classique, à 10 il intègre l’école de danse de l’Opéra, à 16 ans, il entre dans le corps de ballet avant la consécration cinq ans plus tard : il devient danseur étoile ! Retour sur un parcours d’exception.

Cette magnifique soirée s’ouvre sur Oualé, chant de Mathieu Chédid chorégraphié par Nicolas Le Riche avant de céder la place à l’orchestre de l’Opéra de Paris pour l’interprétation des Forains d’Henri Sauguet, le Bal des Cadets ou encore l’acte 2 de Raymonda (sur une musique d’Alexandre Glazounov et une chorégraphie de l’inimitable Rudolf Noureev d’après Marius Petipa), œuvre marquante de la jeunesse du danseur étoile.

Ce n’est qu’à partir de L’après-midi d’un faune, ballet russe de Claude Debussy chorégraphié par Vaslav Nijinski que la soirée s’enrichit avec la revalorisation de la danse masculine. Ici, Nicolas le Riche cède la place à un autre danseur étoile de talent : Jérémie Bélingard.

Autre rôle marquant, celui du Jeune Homme et la Mort dont la musique est signée Johann Sebastian Bach. Rôle d’une grande intensité confié par le chorégraphe et danseur Roland Petit à Nicolas Le Riche qui est incroyable et bouleversant. C’est puissant, élégant et l’ovation du public du Palais Garnier qui suit la prestation est largement méritée, tout comme lorsqu’entre en scène Sylvie Guillem, danseuse étoile ayant fait rêver des générations de petites filles pratiquant la danse classique, pour un pas de deux magnifique, d’une grande complicité avec des mouvements gracieux et sensibles sur Appartement de Fleshquartet, chorégraphié par Mats Ek.

Mais le plus beau est gardé pour la fin avec le Boléro de Ravel, revisité par Maurice Béjart. Un grand classique duquel se dégage beaucoup de douceur et de sensualité aussi parfois de par les jeux de lumière qui ne font apparaître que des parties choisies du corps dénudé de Nicolas Le Riche avant de le dévoiler entièrement et de le laisser exprimer tout son talent et sa légendaire élégance.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s